Rivalité entre frères et soeurs : 7 astuces pour limiter les disputes et rétablir l’harmonie

Parmi les nombreux thèmes traités dans le livre « Parler pour que les tout-petits écoutent« , nous trouvons d’excellents conseils pour limiter les disputes dans les fratries, notamment pour des enfants en bas âge. Le plus difficile pour un parent est de ne pas prendre partie et sur-réagir en absorbant les vives émotions en présence (comme la colère). En effet, la façon dont nous procédons est un modèle pour nos enfants. Si nous crions, menaçons ou usons de violence, nous inculquons cette manière de résoudre les conflits par la force…Ce n’est pas le but, vous en conviendrez. Voici donc 7 conseils avisés pour limiter les disputes, réagir quand elles ont lieu et rétablir l’harmonie dans la famille :

  1. Accueillez les émotions

    Ce sont les émotions qui sont à l’origine du comportement des enfants. Lorsqu’on les reconnait verbalement, nous nous connectons à l’enfant et il s’apaise. C’est la première étape du dialogue.
    « C’est frustrant d’avoir une petite soeur/un petit frère, n’est-ce pas ? » « Qu’as-tu ressenti quand ta petite soeur t’a pris ce jouet ? »

  2. Exaucez les souhaits par l’imagination

    Laissez l’ainé faire semblant qu’il est un bébé. Il ne s’agit pas de se moquer mais de jouer franchement le jeu afin de respecter le besoin d’attention (et d’amour) et de prendre de la distance par rapport à la situation qui pose problème à l’enfant.

  3. Décrivez ce que vous voyez pour renforcer les comportements acceptés

    « Tu as trouvé un moyen de divertir ta soeur. » « J’aime te voir jouer/lire avec ton frère. » « Vous avez réussi ceci tous les deux ? »

  4. Responsabilisez l’enfant

    « Serais-tu d’accord pour choisir un livre pour le bébé ? Elle aime lorsque tu lui lis des histoires. » Cette façon de proposer des responsabilités valorise l’enfant et remplit son besoin d’utilité. Il adopte un rôle à la hauteur de son développement et occupe progressivement son rôle d’ainé.

  5. Reconnectez-vous avec votre enfant

    – planifiez un temps spécial en tête-à-tête (régulièrement)
    – racontez à l’ainé des histoires sur ses premières années, quand il était bébé

  6. Passez à l’action sans insulter ni accuser

    L’idée est de ne pas chercher de coupable dans un conflit mais de toujours agir de façon neutre, ferme et bienveillante.
    « Stop ! Je vous demande de vous séparer tant que le calme n’est pas revenu pour qu’on discute sur ce qu’il s’est passé. Je ne veux pas que vous vous blessiez. « 

  7. Essayez la résolution de problème

    C’est l’étape qui suit le 6 ème conseil. Voir cet article.

 

J’ajouterai deux derniers conseils :

8 ) Faites confiance et dites-le
Afin de faciliter l’entente frère/soeur, il est essentiel d’employer le mot « confiance » et de l’incarner. De plus, cela évite de prendre partie.  « Je te fais confiance pour trouver une solution.  »

 

9) Offrez la possibilité de réparer
Une erreur peut être réparée et cela est responsabilisant. Un objet a été cassé ? Comment réparer ?
– en s’excusant

– en achetant/fabriquant un nouveau

– en donnant le sien

 

 

Source : « Parler pour les tout-petits écoutent »

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂