La respiration qui déstresse les parents et les enfants

Elle ne nous quitte jamais mais nous avons tendance à l’oublier : notre respiration. Et pourtant, quel refuge elle peut représenter pour faire baisser le stress et apaiser notre mental ! Nous allons tester ces effets en pratiquant deux exercices simples : l’un proposé par Gilles Diederichs et une variante avec un câlin. 🙂 

Prêt pour une séance 100% zen à partager en famille ?

aider votre enfant à voir la vie en rose

La respiration qui déstresse les parents et les enfants

  1. Pour enlever ton stress et apaiser ton mental, respire pendant 5 minutes en comptant jusqu’à 5 sur le temps d’inspiration par le nez, et 5 quand tu expires de l’air par la bouche. 1,2,3,4,5 (inspiration) 1,2,3,4,5 (expiration) 
  2. Ensuite, le but est de faire 6 expirations/inspirations par minute.
  3. Fais cela pendant 5 minutes environ 3 fois par jour.

exercice-baisser-stress-enfant

Cette fréquence de respiration déclenche ce que l’on nomme la cohérence cardiaque.

Vous pouvez vous caler sur cette vidéo pour synchroniser votre respiration (papillon monte, j’inspire par le nez/papillon descend, j’expire par la bouche)

Variante : Câlin+cohérence cardiaque :

Pour guider votre enfant et rajouter les bienfaits des câlins, vous pouvez prendre votre enfant dans vos bras puis ralentir progressivement votre propre respiration. Votre apaisement se transmettra à votre enfant.

prenez-votre-enfant-dans-vos-bras

Explication scientifique :

La cohérence cardiaque est une fréquence particulière qui permet de rééquilibrer notre système nerveux autonome. Ce système nerveux autonome comprend :

– la branche sympathique : elle libère de l’adrénaline et de la noradrénaline. Elle contrôle les réactions de combat et de fuite. Son activité accélère le rythme cardiaque. (David Servan-Schreiber dans son livre « Guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicament ni psychanalyse » évoque le terme d’accélérateur).

– la branche para-sympathique : elle libère un neurotransmetteur qui accompagne les états de relaxation. Son activité ralentit le coeur.(David Servan-Schreiber évoque le terme de frein).

Ces 2 branches se compensent en permanence pour nous permettre d’appréhender les expériences de la vie. Lorsque nous rougissons et que notre coeur s’emballe en présence d’une personne qui nous plait, c’est le système sympathique qui accélère. Cet état est bientôt automatiquement compensé par le système para-sympathique afin de revenir à la normale.

Coherence-cardiaque

Pour se faire une idée de ces variations constantes, il suffit de visualiser nos pulsations cardiaques tout au long de la journée. Les émotions que nous ressentons forment des tracés plus ou moins chaotiques. On parle de « variabilité cardiaque« .

Le « bien-être » général s’illustre par la cohérence cardiaque qui est un état de la variabilité cardiaque optimum. Lorsque nous y sommes, nous nous sentons calme et heureux. Le principe est d’influer sur les pulsations de notre coeur afin qu’il rétablisse l’harmonie corps/coeur.

Oui, le système coeur/cerveau fonctionne dans les 2 sens !

Cette activation de la cohérence cardiaque va donc permettre de calmer les parents et les enfants qui vont se synchroniser grâce notamment au contact physique.

 

  • Le contact physique (le câlin):

Dans son livre « vivre heureux avec son enfant », Catherine Gueguen nous explique les bienfaits des câlins : ils provoquent la sécrétion de molécules du bien-être et participent au bon développement du cerveau des enfants.

Les molécules suivantes sont sécrétées pendant un câlin :

  • l’ocytocine
  • la dopamine
  • des endorphines
  • la serotonine

Ce cocktail magique contribue à notre bien-être et alimente un cercle vertueux qui mène :

  • à une diminution du stress
  • au développement de l’empathie
  • à une augmentation de la confiance
  • au renforcement de l’attachement
  • à la croissance de l’affection réciproque

Mieux ! Les câlins et autres contacts affectueux développent le cerveau des enfants et font notamment maturer le cortex préfrontal, zone essentielle du cerveau.

 

Source : « Aider votre enfant à voir la vie en rose » de Gilles Diederichs

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂