Comment remplacer l’expression “ne t’inquiète pas” avec les enfants (et diminuer vraiment leur anxiété)

“Ne t’inquiète pas”

Combien de fois avez-vous entendu cette expression dans votre vie ? Quel effet a-t-elle eu sur vous ? Vous sentiez-vous plus serein ?

Je pense que non. Et c’est aussi le cas pour un enfant à qui l’on dit de ne pas s’inquiéter. Au contraire !

L’expression “Ne t’inquiète pas” a de nombreux défauts :

  • Elle minimise ce que l’enfant ressent (il a alors le sentiment de ne pas être écouté et respecté et peut râler plus ou bouder pour essayer d’obtenir cette écoute empathique)
  • Elle est formulée négativement ce qui implique que le cerveau ne percevra que le mot “inquiète”, donnant du poids à l’inquiétude ou la révélant alors que l’enfant n’était peut-être pas inquiet.
  • Elle reflète la peur du parent de ne pas pouvoir faire face à l’inquiétude de son enfant (ou à sa propre inquiétude).
  • Elle représente un ordre, ce qui bloque les capacités de réflexion de l’enfant qui est censé appliquer une consigne dont il n’a pourtant pas la clé.
  • Elle n’évoque aucune solution pour arrêter de s’inquiéter !

Au lieu de “Ne t’inquiète pas”, nous pouvons donc opter pour des alternatives qui permettront à l’enfant d’apprendre à remettre en question ses pensées irrationnelles. C’est une sacrée chance que de se former à cet art car les pensées irrationnelles sont de véritables parasites de notre bonheur tout au long de la vie !

Alors, saisissons cette opportunité avec ces astuces (et appliquons-les pour nous-mêmes) :

 

  • “Tu as le droit de ressentir de l’inquiétude” : cette phrase valide et légitime le ressenti de l’enfant.
  • “Sais-tu sur 10 combien y a-t-il de chance que ce que tu craint se produise ?” : Pour compléter cette phrase, vous pouvez lui montrer le graph ci-dessous. Ce sont les statistiques officielles de la concrétisation des inquiétudes. Il y a environ 9 chances sur 10 que tout se passe bien ! Génial !!! Si votre enfant n’est toujours pas convaincu, puisez dans son vécu des exemples de craintes infondées.
  • “Que dirais-tu à un ami/une amie qui te dirait qu’il est inquiet pour telle ou telle chose ?” Cette question déclenche une prise de distance (ou une dissociation) de l’enfant par rapport à sa situation. Ainsi, le stress et les émotions désagréables baissent et il est capable d’élaborer des solutions en raisonnant et en les transposant sur lui . En se concentrant sur les solutions, on se sent tout de suite mieux !
  • “Posons des pensées sur le papier” : écrire les pensées permet de les faire sortir du cerveau. Ainsi exposé à la lumière du jour, elles perdent beaucoup de leur caractère angoissant.  On peut aussi les dessiner.
  • “Préfères-tu accorder de l’importance à cette pensée négative ou à cette pensée positive “: suggérer à l’enfant qu’il est le maitre de ses pensées et de l’importance qu’il leur accorde est une astuce efficace.
  • “Je te propose d’écrire tes pensées sur un bout de papier, d’en faire une boule, de prendre une longue inspiration puis d’expirer en  jetant la boule derrière toi. Que ressens-tu ?” : cette technique corporelle implique métaphoriquement de laisser ces soucis derrière soi et de se concentrer sur le présent.
  • “Et si on mettait ces inquiétudes dans le bocal à soucis” : un simple bocal à refermer fait des miracles pour casser l’emprise des soucis. Il suffit d’écrire ou de dessiner tous les sujets sur une feuille et de la glisser pliée dans le bocal à soucis. Le soir, alors que l’enfant dort, videz le bocal.
  • “3 actions pour un souci !” :  Il s’agit de demander de trouver systématiquement 3 solutions pour un problème imaginé. Si le problème surgit, l’enfant saura quoi faire. Cette technique renforce la confiance en soi des enfants.

 

Pour finir, voici un livre à lire :

 

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂