Tu peux y arriver…ou le secret de l’entraide : un livre à offrir à tous les enfants

Je suis très heureux de vous présenter les nouvelles aventures de Pompom le lapin, après les deux formidables premiers albums (« Tu es comme tu es » et « Tu es le jardinier de ton coeur »).

Pompom, notre petit lapin en pleine découverte de la vie et de lui-même, se retrouve confronté à un problème : il souhaite fabriquer un cerf-volant !

La tâche est ardue mais il persévère, cédant parfois à la colère et à la tristesse en constatant que ses efforts sont vains.

De plus, il refuse l’aide proposée par ses amis Blaise le blaireau et Hippolyte le hibou. Il veut absolument atteindre son but seul ! Il s’en sent capable ! 

De retour chez lui, ses parents le réconfortent et lui proposent une balade en forêt pour observer les arbres. Ces derniers semblent séparés mais si on n’y regarde de plus près, il n’y a que leur tronc qui ne se touche pas ! Leurs racines et leurs branches sont entremêlées ! Ils ont grandi collectivement en s’appuyant sur leurs racines et en se donnant la « main » via leurs branches ! 

Pompom comprend qu’il n’est pas obligé d’avancer seul. Qu’il a le droit de demander de l’aide et de s’appuyer sur ses racines (sa familles, ses amis,…) et ensuite de partager son savoir-faire et son savoir-être avec les autres ! Il décide alors d’accepter l’aide de Blaise, d’Hippolyte et de ses autres compagnons. Le cerf-volant est construit en un rien de temps ! Et ils peuvent tous s’amuser !

 

La belle leçon de ce livre est que nous sommes tous liés et inter-dépendants. Nous avons donc le droit de demander de l’aide et du soutien en cas de besoin (et d’offrir les nôtres) et de partager les fruits de nos réalisations !

Ce sujet est essentiel pour nos enfants (et pour nous adultes) car accepter une aide reste un choix et ne signifie pas que cette aide reçue remet en question nos compétences, notre courage et notre autonomie . Savoir interagir, apprendre et transmettre sans juger est la base d’une société en bonne santé.

Considérons aussi que ces actes sont désintéressés et ne constituent pas un moyen de pression à l’avenir. Si ces aides sont conditionnées, il est possible de les refuser.

« Je t’aide avec mon coeur. Je te soutiens inconditionnellement. «  Ce sont là les bases de l’altruisme, de l’amitié et de l’attachement sécure entre un enfant et ses figures d’attachement !

Alors encourageons nos enfants à dire « je ne sais pas » « peux-tu m’aider s’il te plait ? » « merci pour ton soutien » et « je te propose mon aide » afin qu’ils grandissent et progressent en connexion avec leur environnement humain.

 

 

Dès 5 ans.

« Tu peux y arriver…ou le secret de l’entraide » d’Olivier Clerc et Gaia Bordicchia est disponible sur :

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.