Phrases et méthodes pour accueillir la peur des enfants (et éviter qu’elle ne se transforme en anxiété)

La manière dont nous, parents et éducateurs, considérons et traitons la peur de nos enfants aura une influence sur leur comportement immédiat et futur.

Lawrence Cohen dans son livre “Qui veut jouer avec moi” nous donne de précieux éclairages et conseils pour agir au mieux.

Il commence en nous précisant que la peur est une émotion utile puisque sa fonction est de nous maintenir en vie. Il ne faut donc pas la nier ou la moquer lorsque l’enfant la ressent.

On évitera ainsi ce type de phrase : “Ne sois pas ridicule, il n’y aucune raison d’avoir peur !”

Le risque majeur d’ignorer ou de sous-évaluer la peur est de rendre l’enfant intrépide (“même pas peur”) au lieu de courageux (juste évaluation du danger et mesures adéquates) , dur au lieu d’assuré et à l’opposé : craintif et timide au lieu de confiant et explorateur.

La bonne approche est d’accueillir la peur et d’encourager l’enfant à s’y “frotter” progressivement afin de cultiver la prise d’initiative et la rationalisation. Si la source d’une peur est systématiquement évitée, la peur se renforce.

Astuce : Pour accueillir la peur d’un enfant, une phrase simple et empathique telle que “Je vois que tu ressens de la peur” est efficace.

 

L’anxiété est une peur bloquée

L’anxiété se manifeste par un noeud dans la gorge, ou le ventre, ou une sensation d’oppression dans la poitrine. Astuce : ces symptômes méritent d’être décrits à l’enfant afin qu’il identifie quand il est anxieux.

Elle intervient quand l’enfant a peur mais qu’il ne parvient pas à se libérer de son émotion. La peur est bloquée entre le refoulement et l’expression.

Dans les cas d’anxiété, l’objectif est d’aider l’enfant à verbaliser son ressenti.

Les méthodes à privilégier sont  le jeu et l’art. Ce sont les voies que l’enfant préfère.

Voici des exemples + liens :

  • Le dessin : “Pourrais-tu dessiner le monstre de tes cauchemars ?”
  • La danse : “Si les papillons dans ton ventre dansaient, à quoi ressemblerait leur ballet ?”
  • Le dialogue imaginaire : “Et si le noeud dans ta gorge était capable de s’exprimer, que dirait-il ?”

  • Inventer des situations avec les jouets de l’enfant : en imaginant qu’un personnage vit des situations périlleuses dont il doit s’extraire (voir cet article).
  • Construire des vaisseaux spatiaux invincibles avec des Lego ou en les dessinant
  • Fabriquer des poupées tracas à qui on confie les soucies et sources d’anxiété (voir cet article)
  • Transformer l’image de la peur en changeant sa voix, son aspect, etc.

 

Outil supplémentaire : 

Pour compléter cet article, voici le tableau des peurs en fonction de l’âge des enfants :

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂