12 astuces pour transformer l’opposition en coopération avec les enfants

Quand un enfant ne nous “écoute” pas, nous avons tendance à ressentir de la frustration, de la colère voire de la honte si nous nous sentons observés et avons l’impression d’être jugés. Ces états intérieurs sont souvent à l’origine de réactions rudes (cris, menaces, chantages,…) pour soumettre les enfants à notre volonté. Cependant, cette façon de communiquer alimente les conflits, fragilise les rapports parents/enfants et met à mal l’estime de soi.

Si nous revenons à l’origine d’un comportement que nous déplorons, nous trouvons ces 7 causes (vous remarquerez que l’intention de nuire n’y est pas):

  • l’immaturité du cerveau des enfants
  • la fatigue, la faim et l’alimentation
  • des besoins psychologiques insatisfaits (besoin de stimulation, de reconnaissance, de structuration)
  • des émotions fortes qui bloquent le raisonnement.
  • l’activation de mauvaises parties du cerveau de l’enfant (notamment les systèmes primitifs relatifs à la colère et à la peur lorsqu’on crie, menace, donne des ordres,…)
  • le stress des parents : le stress se transmet et parasite les capacités d’écoute des enfants
  • le manque d’informations, l’absence de règles : si une situation est nouvelle pour l’enfant et qu’il n’a jamais été “formé” et informé

Afin de prendre en compte ces 7 causes et de proposer des alternatives qui favorisent la coopération, je vous invite à suivre les conseils présents dans l’ouvrage “Parler pour que les tout-petits écoutent”.

 

Le jeu

“Est-ce que toutes les voitures peuvent entrer dans la boite avant que la minuterie ne sonne ? Prêt ? Partez !”

Donnez la parole aux objets

“Je suis une chaussure triste. J’ai besoin d’un pied pour me consoler !”

Inventez un scénario

“Notre mission est d’escalader cette montagne glissante jusqu’à ton siège. Quelle aventure !”

Faites l’étourdie

“Mais, …mais, où est-ce que je mets cette manche. Sur la tête ? C’est ça ? Ah non, c’est sur la jambe ! Ah, tu crois que c’est sur le bras ? Essayons…. Ah oui, tu as raison ! Ouf, heureusement que tu étais là  !”

Proposez un choix amusant

“Veux-tu sauter jusqu’à  la baignoire comme une grenouille ou marcher sur le côté comme un crabe ?”

Responsabilisez l’enfant

“Si toi qui décides quand tu enclenches le minuteur pour partir.”

Donnez de l’information

“Les papiers vont dans la poubelle.”

Dites-le en un mot

“Casquette !” “Poubelle !”

Décrivez ce que vous voyez

“Je vois que la plupart des pièces de Lego sont déjà dans la boite. Il en reste encore quelques-unes à ranger.”

Décrivez ce que vous sentez

“Je n’aime pas que la nourriture soit lancée sur le sol.”

Écrivez une note

“Mets-moi sur ta tête avant d’aller faire du vélo. Bisous, ton casque de sécurité.”

Posez une question

“Qu’enfile-t-on avant de sortir lorsqu’il pleut ?”

 

 

Source : “Parler pour que les tout-petits écoutent” de Joanna Faber et Julie King est disponible sur :

 


5 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂