Les dangers de la répression émotionnelle (+solutions pour se libérer de nos émotions désagréables)

Refouler une émotion n’est pas sans danger. Sylvie Grivel, dans son livre « Être soi dans ses relations » les résume à travers 3 effets :

  • L’effet boomerang : l’émotion est transformée en tensions et maux physiques contre soi. La personne conserve son émotion pendant des semaines, des mois, voire des années, ce qui peut entraîner des maux physiques ou psychologiques (baisse de l’estime de soi, stress, maladies,…).
  • L’effet ricochet : l’émotion non exprimée à une personne sera exprimée à une autre. Tout le monde connaît ce phénomène très classique qui consiste, par exemple, à reporter sa colère à la maison contre son conjoint ou ses enfants parce que nous avons quelque chose qui nous a mis en colère au travail. Le conjoint réceptionne la colère, la déverse lui-même auprès de ses enfants, qui vont la déverser sur le chien en lui hurlant dessus… donc sur une personne non responsable de la colère initiale.
  • L’effet bulle : à force de conserver pendant des heures, des mois, des années des émotions non exprimées, elles vont prendre de plus en plus de place et vont s’exprimer un jour de façon disproportionnée.

 

Il est par conséquent essentiel d’identifier et de comprendre les émotions que nous ressentons à l’instant présent. Sans cette écoute et cette acceptation, nous nous exposons à des comportements déplaisants (et parfois destructeurs) pour nous et pour les autres comme de la violence physique ou morale à l’encontre de nos enfants, nos amis, nos conjoints ou de nous-mêmes.

Ainsi, il est essentiel de prendre l’habitude de dire ou d’écrire : « maintenant, je ressens [citer l’émotion] … ». Et, au-delà, d’identifier les besoins derrière les émotions. En cela, l’approche de la Communication Non-Violente de Marshall B. Rosenberg est aidante (voir cet article sur la CNV et celui-ci sur les besoins ainsi que la vidéo ci-dessous dans la solution 4).

 

Aider nos enfants à mieux gérer leurs émotions

En tant que parents, une approche empathique favorisera le développement de l’intelligence émotionnelle et relationnelle chez vos enfants. Cela passe par des questions ou des expressions sans jugement : « je vois que tu es triste/en colère/blessée », « quelle est l’intensité de ton émotion »,… et par une attitude bienveillante. Pensons également à répéter les phrases suivantes et à les appliquer pour nous : « Les émotions sont utiles et sont déclenchées par nos besoins (satisfaits ou pas) », « on a le droit d’exprimer nos émotions sans violence ».

 

5 autres solutions pour traverser vos émotions

Solution 1 : le journal émotionnel

Dans son livre « Une nouvelle autorité sans punition ni fessée », Catherine Dumonteil-Kremer conseille de tenir un journal émotionnel pour se libérer des émotions qui pourraient causer des colères destructrices et de la violence chez les parents.

Il s’agit, par exemple en fin de journée, de faire remonter le souvenir des situations tendues dans la journée, de ressentir les émotions associées (mentalement et physiquement), de les accepter pour les traverser en les couchant sur le papier.

N’oubliez pas de vous féliciter également pour cette démarche et pour tout ce qui s’est bien déroulé dans la journée (+ émotions agréables). Une dose d’auto-compassion t de gratutude est indispensable à l’équilibre et au bonheur.

L’autre bienfait du journal émotionnel est d’avoir conscience de nos efforts et de notre progression chaque jour.

 

Solution 2 : la pleine conscience des émotions

C’est aussi une aide précieuse pour traverser les émotions. Je vous invite à suivre cette méditation guidée de Christophe André extraire de son livre « méditer jour après jour« .

Solution 3 : l’EFT

L’EFT a pour but d’alléger les souffrances émotionnelles et psychologiques des personnes. Elle se pratique par la stimulation de points situés sur le trajet des méridiens répertoriés par la médecine chinoise, d’où cette appellation de technique dite « méridienne ». (via)

À la base, l’EFT est une technique d’autotraitement qui découle d’une méthode mise au point par un docteur en psychologie américain (Roger Callahan) appelée « Thérapie du champ mental » (TFT en anglais) dans les années 1980. Gary Craig a simplifié cette méthode pour qu’elle puisse être pratiquée par tout un chacun, et l’a nommée EFT ce qui, traduit en français, signifie « Technique(s) de libération émotionnelle ». (source)

Solution 4 : la CNV (communication non-violente)

Le mouvement Colibris propose à l’occasion d’un Mooc intitulé « Concevoir une oasis », de nous expliquer les principes de la communication non violente de Marshall B. Rosenberg, une méthode qui favorise le bien-être de tous.

Les voici en vidéo.

 

Solution 5 : Tipi

Tipi est l’acronyme de Technique d’Identification sensorielle des Peurs Inconscientes. Il s’agit d’une méthode créée par Luc Nicon qui permet de laisser s’évaporer les émotions désagréables.

L’originalité est qu’elle peut facilement se pratiquer seul et ne nécessite aucune action complexe : simplement fermer les yeux et observer les sensations provoquées par l’émotion, puis laisser partir l’émotion comme elle est arrivée.

Tipi permet donc de réguler les émotions (et le stress) en étant attentif à ce qui se passe dans notre corps. Guide à télécharger ici.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *