Un outil pour aider les enfants à nommer leurs émotions

Je lis en ce moment le petit cahier de Marina Faillot-Laloux « Mon enfant a du caractère » dans lequel nous trouvons ne nombreux outils et conseils pour faciliter l’accueil des émotions des enfants.

Cet accueil est primordial pour parvenir à traverser les tempêtes émotionnelles.

Car être capable de dire « Je ressens de la colère » est la preuve que l’amygdale dans le cerveau est désactivée au profit du cortex préfrontal.

Creative Commons Attribution-Share Alike 2.1 Japan

L’amygdale est à l’origine des crises des enfants car dès qu’elle sonne comme une sirène de pompier, l’émotion submerge l’enfant qui ne peut que réagir sans réfléchir. L’émotion forte met l’enfant en mouvement instinctivement.

La verbalisation (poser des mots) est donc une habitude à acquérir pour accueillir l’énergie de l’émotion et la transformer de façon constructive. Par exemple en recherchant ensuite le besoin, la pensée, l’évènement qui a déclenché l’émotion puis en explorant des méthodes bienveillantes pour se sentir mieux.

La première étape de cette verbalisation est d’identifier les émotions primaires et de les commenter avec l’enfant.

Puis, après quelques jours de pratique, grâce à l’emploi de la phrase « Je ressens [citer la colère] », il est possible d’évoquer les émotions secondaires. Celles-ci se combinent à une émotion primaire et créent une nouvelle émotion.

La combinaison des émotions est présente dans le tableau ci-dessous (extrait du livre cité plus haut) :

Notons que les émotions ne naissent pas forcément en temps réel. Un enfant a pu être perturbé dans la matinée et son émotion peut ressortir qu’en soirée, cumulée à une autre émotion qui,elle, vient juste d’éclore.

Le travail d’enquête du parent n’est par conséquent pas évident d’autant que la mémoire d’un enfant en bas âge est loin d’être opérationnelle et si elle l’est, ce sont parfois son langage qui n’est pas suffisamment développé pour raconter ce qu’il a ressenti et vécu.

D’où l’intérêt de se concentrer sur cette étape basique de la verbalisation des 5 émotions fondamentales qui constitue le socle de l’intelligence émotionnelle.

Si l’enfant est trop petit pour parler, il existes des alternatives que vous découvrirez dans cet article comme cette roue :

 

Source : Marina Faillot-Laloux « Mon enfant a du caractère » est disponible sur :

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂