Un enfant agité est un enfant qui va bien !

Je souhaitais partager avec vous la première page d’un livre de Florence Millot de la collection “Moune et ses copains” à propos de l’agitation des enfants.

Cette agitation peut être source de stress pour les parents qui tentent de la calmer en demandant à enfant de “rester tranquille (ce qui ne fonctionne généralement pas) . Mais l’auteure nous invite plutôt à imiter l’enfant (comme un miroir) au lieu de lutter contre cet élan vital. L’histoire racontée dans son ouvrage est basée sur ce principe. Elle y offre une activité pour accompagner cette agitation. 

Les bienfaits de l’agitation

Affronter l’agitation ambiante nous dérange souvent car, après une journée de travail, nous préférerions plus de tranquillité. Pourtant, les enfants, pleins d’énergie, en jouant avec leur corps, en riant pour des riens, en chantant ou encore en dansant autour de nous, sont source d’enseignements. Cette énergie vitale et joyeuse permet de rester connectés à notre enfant intérieur tout au long de la vie. L’agitation est donc saine et souhaitable, quand elle est sans excès.

Un défi pour l’enfant

Mû par une pulsion de vie qu’il maîtrise mal, ou par la fatigue, l’enfant qui s’agite finit souvent par déborder. Ses mouvements s’éloignent du simple jeu, deviennent brusques et saccadés, il n’écoute rien, et en vient même parfois à se blesser, car il ne se contrôle plus. Il a donc besoin de l’adulte pour retrouver du calme et de l’attention. Notre voix et notre attitude peuvent l’aider à reprendre la situation en main.

Un véritable défi pour le parent

L’agitation provoque chez nous un sentiment d’impuissance, nous avons l’impression de ne plus rien contrôler et cela nous perturbe à notre tour… Nous rentrons alors dans un rapport de force avec notre enfant. Et pourtant, c’est tout le contraire que nous devrions essayer de faire! Et si nous apprenions à aller au-delà de nos automatismes en nous efforcant d’offrir un miroir inversé pour désarmorcer une scène mal partie? Il faut trouver des mots fermes, des gestes plus lents et nous dire: <<Non, il ne me cherche pas. C’est mon rôle de lui apprendre à maîtriser ses émotions en maîtrisant les miennes. »

 

Voici deux autres extraits de ce livre :

“Moune et ses copains : l’agitation et la concentration” de Florence Millot est disponible sur :

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂