La méthode A.D.M.I.R.E.R. pour accompagner la colère des enfants

Dans son cahier d’activités “Colère et retour au calme“, Isabelle Filliozat fournit aux parents une méthode pour accompagner la colère des enfants : A.D.M.I.R.E.R..

 

Accueillir :

Je regarde l’enfant, je me mets à sa hauteur. Je lui dis que je suis là pour l’écouter.

Décrire :

Je décris ce que je vois sans juger “Tu as les sourcils froncés/ les poings serrés/…”

Mots :

Je mets des mots reliant le déclencheur et la réaction. “Tu es en colère parce que tu voulais vraiment regarder la télévision ?”.
Si je ne connais pas la cause, je lui demande : “Qu’est-ce qui te rend si furieux ?” ou s’il est petit “Qu’est-ce qui te fait non ?” (j’évite le “pourquoi” qui est bloquant)

Intensité :

Je lui propose un outil de mesure adapté à son âge : “Sur une échelle de 0 à  10, à combien est ta colère ? C’est un gros problème, un moyen problème ou un petit problème (ou souci) ? Tu es en colère gros comment ? (écartez les bras pour montrer la taille de la colère)

Reconnaissance du problème et empathie :

Je me mets à sa place et je verbalise ce que j’ai compris de son ressenti : “C’est vraiment rageant cette grève qui nous empêche d’aller au cirque. C’est frustrant, tu te réjouissais de cette sortie !”

Expression :

J’accueille l’expression verbale du souci ou la libération des tensions et je suggère des moyens de se libérer :

Tu préfère sauter sur place ou une séance de méditation pour évacuer ta colère ?

Résolution du problème :

Je propose de trouver ensemble 10 choses à faire pour remplacer la sortie au cirque. Puis d’en choisir une.

 

Dernière étape : L’ancrage de la méthode via le renforcement positif et la narration :

Isabelle Filliozat conseille de rappeler à l’enfant plus tard dans la journée ce qui s’est passé afin qu’il mémorise la façon dont il a surmonté cet état émotionnel en trouvant des solutions réparatrices :

Quand je t’ai dit qu’on ne pouvait aller au cirque/regarder la TV/…, tu as senti ta colère monter. Ta colère te disait combien tu avais envie d’y aller et à quel point cela te frustrait.  C’était fort ! Tu me l’as dit ! Tu avais les sourcils froncés et tu sentais des picotements dans te bras et dans tes jambes. Tu as dit que tu étais frustré à 8 ! Et puis tu as tapé dans tes mains et couru deux fois jusqu’au fond du jardin. Après on a réfléchi ensemble à ce qu’on pouvait faire à la place pour répondre à ton envie d’aller au cirque.  On a trouvé 10 solutions et tu en as choisi une. On a fait cette activité. Et maintenant, comment te sens-tu ?

 

Source :

[Nouveau] Les cahiers Filliozat (colère et retour au calme)

EnregistrerEnregistrer

3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂