La pratique de la pleine conscience pour développer l’attention des enfants

« Concentre-toi sur ton travail ! » « Ecoute ce que je te dis » « Fais attention en classe » …

Ces injonctions n’aident pas les enfants à développer leur attention qui a tendance naturellement à virevolter. Au contraire, elles mettent en évidence leur incapacité à poser leur attention. Car l’attention est comme un « muscle » qui nécessite de l’entrainement. Savoir porter son attention n’est pas inné. C’est de l’ordre de l’acquis pour une grande partie et cela se « travaille » régulièrement. Notamment grâce à la pratique (en famille) de la pleine conscience.

Version Audio de l’article :

J’aime beaucoup l’analogie avec une torche proposée par Sophie Raynal dans son livre « Vivre la pleine conscience en famille »  :

« L’attention, c’est un peu comme une torche que vous allumez dans le noir. Vous voyez ce qui se trouve dans la trajectoire du faisceau lumineux. C’est une fonction cognitive qui permet de se concentrer mais aussi de réagir de manière adaptée à toutes les distractions qui nous entourent. C’est donc une compétence à part entière. Pour certains, c’est assez naturel, pour d’autres, c’est un entraînement, un apprentissage. D’où l’idée d’entraînement de l’esprit ou entraînement à l’attention lorsque l’on parle de pleine conscience. »

Cette image de la torche mérite d’être transmise à nos enfants en leur signifiant qu’ils ont le pouvoir, comme un jeune Padawan, de la manier de mieux en mieux par la force de leur « esprit » :

« Vers où veux-tu diriger ta torche ? » .

Nous pouvons aussi compatir par rapport à la difficulté à parvenir à maitriser cette torche : « Je vois que c’est frustrant. Tu es en train de surmonter cette difficulté grâce à ton entraînement. Tu progresses en parvenant de mieux en mieux à diriger ton attention. Par exemple, aujourd’hui, j’ai remarqué que tu as réussi à être attentif pendant 10 minutes en travaillant sur ton exposé. « 

En prenant en compte l’émotion des enfants (et ainsi en orientant leur propre attention vers celle-ci) nous les accompagnons déjà dans cet exercice d’attention en pleine conscience.

Puis c’est dans la vie quotidienne et de façon ludique que les efforts pour progresser seront consentis en douceur et dans le calme. Cette dernière composante est essentielle pour poser son attention en pleine conscience.

  • où ressens-tu des sensations dans ton corps ?
  • est-ce plutôt chaud, tiède, froid ?
  • saurais-tu trouver la couleur rouge dans ce décor ?
  • entends-tu le son du piano dans cette symphonie ?
  • as-tu conscience de ton ventre qui se gonfle et se dégonfle au rythme de ta respiration. Sens-tu l’air qui entre par ton nez et ressort par ta bouche ?
  • imagine tes pensées comme si elles étaient des petits nuages qui flottaient dans ta tête. Lesquelles souhaites-tu garder ? lesquelles souhaites-tu laisser partir ?

Une autre façon d’aider les enfants à développer leur attention est de limiter l’utilisation des écrans qui ont tendance à sur-stimuler et donc à saturer l’attention. Or, maintenir de l’attention demande de l’énergie qui se renouvelle dans la tranquillité des sens (et le repos).

Pour trouver des idées d’activités de pleine conscience, écouter des méditations et mieux comprendre le « mécanisme de l’attention », je vous invite à lire « Vivre la pleine conscience en famille »  de Sophie Raynal.

Pour tester les exercices, rendez-vous sur ce lien avec le mot de passe « Méditer en famille ».

Voici 3 extraits du livre :

Il est disponible sur :

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.