La pleine conscience aide à pratiquer une éducation bienveillante

En me basant sur l’excellent livre « Vivre la pleine conscience en famille » de Sophie Raynal, je vous propose de vous montrer comment la pratique de la pleine conscience va vous aider à apaiser votre parentalité et à mieux collaborer avec vos enfants.

Je vais reprendre pour cela une situation évoquée dans le livre : le rangement de la chambre qui ne se fait pas malgré les répétitions d’injonctions depuis 3 jours.

 

Voyons le mode « Normal » :

Considérons les faits tels qu’ils ont eu lieu :

Mathilde a demandé à son fils Adrien de ranger sa chambre depuis 3 jours et elle constate qu’il n’a rien fait.

Il se présente alors 3 COMPOSANTES de l’émotion de Mathilde :

  1. La Composante Corporelle 
    Mathilde ressent de la tension dans la nuque et le visage, son souffle s’accélère
  2. La Composante Cognitive (les pensées et jugements)
    Mathilde se dit qu’elle en a marre, que c’est toujours la même chose. Qu’Adrien la provoque et se moque d’elle.
  3. La Composante Comportementale 
    Mathilde dit à Adrien  » Adrien, j’en ai marre ! C’est toujours la même chose ! TU es vraiment un incapable, cela fait 3 jours que je te demande de ranger ta chambre et ce n’est toujours pas fait ! Tu me déçois beaucoup. « 

Mathilde a réagi sous l’impulsion de sa colère et a adressé à son fils des mots blessants et des reproches. Elle l’a même étiqueté d' »incapable ». Adrien sera-t-il motivé pour ranger ? Que ressentira-t-il en entendant ces mots proférés par se mère ? Quelle image aura-t-il de lui ? Aura-t-il appris quelque chose de cette expérience ? Dans quel état sera la relation/le lien entre la mère et le fils après cet épisode houleux ?

 

Voyons maintenant le mode « Pleine conscience »  :

Dans ce mode pleine conscience , Mathilde va « prendre conscience » de ces 3 composantes émotionnelles et se dire :

« Je vois que la chambre est en désordre (constat/observation sans jugement). Je ressens de la colère dans mon corps car j’ai besoin de voir de l’ordre ici (identification et expression des besoins et émotions). Je suis en train de penser que ce désordre est une action volontaire de mon fils pour me mettre à l’épreuve (observation du jugement). Je sais que ceci est un jugement qui alimente mon énervement (prise de conscience du cercle vicieux jugement/émotion). »

Cette attitude de pleine conscience des pensées et émotions réduit l’activité de l’amygdale cérébrale, structure du cerveau qui s’active quand nous détectons un danger. Or, le désordre d’une chambre et le comportement de quelqu’un peuvent être interprétés comme un danger et la colère défensive se déclenche pour protéger notre intégrité. Ici, l’observation en pleine conscience des mécanismes internes (pensées, émotions, sensations) a recours au cerveau « supérieur » (cortex préfrontal) qui calme l’amygdale cérébrale. Pour amplifier ce phénomène, nous pouvons marquer une pause avant d’agir. Pendant cette parenthèse, nous allons nous connecter à notre respiration pour accueillir pleinement l’émotion. C’est ce que fait Mathilde dans ce mode « pleine conscience ».

Une fois calme, Mathilde va éviter les mots blessants et comprendre que son fils a peut-être des difficultés à s’organiser (ou autre raison).

Elle s’exprimera alors d’un ton de voix apaisé :

« Adrien, je constate que ta chambre n’est pas rangée alors que j’ai vraiment besoin que ce soit le cas. Qu’est-ce qui te bloque ? Veux-tu que nous réfléchissions ensemble à la meilleure façon d’organiser ce rangement ? Que proposes-tu ? »

Ainsi, son fils ne se sentira pas agressé et sa propre amygdale cérébrale ne le placera pas en mode Attaque/Fuite. Il sera prêt à collaborer et à s’engager dans un processus de rangement.

 

Notons que la pleine conscience demande de la pratique. Mais quelle différence ensuite dans les relations et le bien-être de tous !

 

« Vivre la pleine conscience en famille » de Sophie Raynal est disponible sur :

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.