Forcer un enfant ou un ado à participer à l’oral ? Non !

Vous assistez à une formation obligatoire en entreprise . Le formateur a terminé sa séance et pose une question pour vérifier que son message est bien passé.
Seules trois personnes sur dix lèvent la main pour répondre. Vous ne faites pas partie de ces personnes car vous ne vous sentez pas de participer une nouvelle fois et que vous êtes un peu lassé d’être resté assis. De plus, le port du masque vous incommode et vous connaissez mal les membres du groupe dans lequel vous avez été sélectionné.
Le formateur hausse alors le ton et vous regarde une à une, vous, les personnes qui n’ont pas levé la main,puis vous parle en haussant le ton :
« Vous ne voulez pas apprendre et réussir ! C’est ça ? »

Vous pensez alors que vous avez mal compris… ce formateur n’a pas pu vous invectiver devant tous les participants et vous prêter de telles intentions si vertement.Mais le voilà qui recommence avec plus de véhémence.
Alors vous explosez à votre tour :
« Je refuse que vous vous adressiez à moi sur ce ton. J’ai le droit de ne pas intervenir et de simplement écouter. Vous n’avez pas le droit de poser une étiquette sur moi et de me priver de liberté. »

Vous avez osé réclamer vos droits car vous ne souffrez pas de manque de confiance en soi et la tentative de domination du formateur ne vous a pas bloqué.
Mais imaginons que vous soyez un adolescent et que le formateur soit un professeur.
Un ado qui s’attendait à apprendre dans un environnement serein, d’autant que la situation liée à la crise sanitaire et la présence de règles draconiennes pour limiter la propagation d’un virus invisible constituent une contrainte à la fois physique et psychologique.
De plus, la rentrée a eu lieu il y a quelques jours après 5 mois d’arrêt forcé et de vacances.
Ajoutons que votre cerveau d’adolescent est en plein bouleversement qui se traduit par des difficultés à réguler le stress et les émotions. Sans compter la perspective du brevet à la fin de l’année…

Bref, l’anxiété vous submerge comme une énorme vague et vous n’allez pas réclamer vos droits face à la « figure d’autorité » qu’est le professeur…de peur des représailles.
Alors, vous vous levez à la fin du cours et vous ruminez cette humiliation…Puis vous commencez à avoir mal au ventre et à la tête. Vous n’avez plus d’énergie. Le soir, vous dormez mal, augmentant votre vulnérabilité au stress.
Un cercle vicieux s’installe.
Voilà comment une « maladresse » dans le cadre de l’enseignement déclenche un effet domino qui aura des effets néfastes sur la scolarité d’un élève….et ses futures expériences de prise de parole.
Forcer un enfant ou un ado à participer en classe est une violence et en aucun cas une motivation.
Lui dire qu’il ne veut pas réussir parce qu’il n’a pas levé la main est une injustice doublée d’une tentative de déstabilisation par intimidation.
Procéder ainsi publiquement est un abus d’autorité.

Donc je dis non. Certes, le professeur a peut-être peur de ne pas être respecté pour son travail ou respecté tout court par une vingtaine d’élèves. Mais exiger l’obéissance ne permet pas d’obtenir de signes valides de ce respect. La peur n’est pas une motivation rationnelle, c’est une réaction. 
C’est en respectant les enfants et les adolescents dans leur personnalité, leurs ressentis , leurs différences, qu’ils nous respectent.
Un élève qui prend la décision (consciente) de participer et fait le choix de répondre à une question est dans son propre processus d’apprentissage.
À l’adulte des susciter l’intérêt et la curiosité. À l’adulte d’encourager. À l’adulte d’accepter que certains ont besoin de plus de temps. À l’adulte de contribuer à poser un cadre propice à la prise d’initiative et à l’échange autour du savoir. À l’adulte de faire un pas en direction de l’enfant ou de lui tendre la main pour l’aider plutôt que de lui crier dessus du haut d’une tour.  La proximité bienveillante, facilitée par l’empathie, est la voie idéale pour communiquer et transmettre. 

Ce cadre sera dénué de menaces, de compétition malsaine et d’accusations. En revanche, il inclura l’écoute, la collaboration et le jeu.

S’exprimer à l’oral implique de surmonter son stress, de dépasser la peur du jugement, de l’échec et du regard des autres… c’est déjà une assez grande violence interne pour ne pas en rajouter…

Merci de m’avoir lu.

 

À lire :

Tags:,
4 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂