“Écrans, rendez-nous nos parents”

J’ai récemment entendu une chanson d’Aldebert dans l’émission “Par Jupiter”. Elle parle de la relation entre les écrans et les parents/enfants. Je voulais la partager avec vous

Ces écrans, sont-ils des ponts ou des murs entre nous ? Certains répondront que la clé est dans la modération. Certes, mais lorsque nous prenons conscience que les applications généreuses en récompenses virtuelles (“Un coffre à ouvrir !”) , les recommandations automatiques de vidéos (“Hey, t’as vu cette nouvelle vidéo de chat ?”), les notifications bruyantes et intrusives (“ding, arrête ce que tu fais et regarde mon écran MAINTENANT”) et les publicités aux images, sons et phrases racoleurs (“Vite ! Plus que 20 minutes pour profiter de cette promo !”), … diminuent notre volonté de s’extraire de leur emprise, diluent notre capacité de concentration, nous font perdre toute notion de temps et nous rendent vicieusement dépendants, il y a de quoi commencer par instituer des règles pour les grands et les petits.

Ceci afin que ces fantastiques bijoux technologiques restent des objets que nous contrôlons et que nous ne devenions pas leurs objets impuissants.

Les constructeurs de smartphones proposent déjà des moyens de “décrocher” en nous alertant gentiment (voire discrètement) sur le temps passé dessus et en nous indiquant le nombre de fois que nous déverrouillons l’écran. Ces données peuvent permettre de cerner le caractère compulsif inconscient de nos comportements et les longues minutes que nous offrons à un monde numérique pendant que la vie réelle défile (et file).

J’évoquais le mur ou le pont entre nous, mais les écrans sont aussi des fenêtres pour s’évader quand le stress et les soucis nous envahissent. Malheureusement, une fois l’écran éteint, les problèmes sont toujours là et requièrent notre attention, nos efforts, nos actions, notre empathie et notre créativité pour être résolus. Sans compter les vrais moments de joie et de connexion aux autres que nous ratons quand nos yeux, nos doigts et nos oreilles sont collés/rivés sur ces rectangles lumineux.

Ajoutons que le besoin d’attention est essentiel pour les humains. Les enfants qui manquent de signes d’attention tenteront par tous les moyens de l’obtenir. Les adultes ont également ce besoin d’être reconnus, écoutés et regardés par leurs pairs.

Mais nous avons une attention limitée dans notre journée éveillée et nous devons donc choisir et décider comment nous la distribuerons. C’est un pouvoir que nous possédons. Ne donnons pas ce pouvoir et cette liberté à un objet.

Comme le dit si bien Aldebert : “Écrans, rendez-nous nos parents” et j’ajouterais “… nos enfants et adolescents” qui ont besoin des adultes pour s’éloigner de ces divertissements trop attractifs…

 

Pour compléter cette chanson, voici des informations neuroscientifiques sur nos applis préférées (extraits de la série “Dopamine” d’Arte) :

 

Concernant les écrans et les enfants 

Sylvie Chokron est neuropsychologue. Elle aborde dans la vidéo ci-dessous les conséquences de l’utilisation des écrans par les enfants.

 

Réduction du champ attentionnel et troubles de l’attention (TDA), myopie, sommeil,…

Elle nous explique également que l’enfant ne peut pas se contrôler seul et perd la notion du temps du fait des stimulations incessantes. Il est donc important de fixer des règles, de donner l’exemple soi-même et de ne pas le laisser seul face aux écrans.

Tags:
Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂