Les écrans agissent comme de la drogue sur le cerveau des enfants

Des recherches récentes de l’imagerie cérébrale montrent que les tablettes et autres smartphones affectent le cortex frontal du cerveau – qui contrôle le fonctionnement exécutif, y compris la régulation des impulsions – exactement de la même façon que la cocaïne. La technologie est tellement excitante qu’elle augmente les niveaux de dopamine (plaisir) qui encouragent inconsciemment les comportements qui activent les circuits de la récompense. Cela crée une véritable dépendance via ce que l’on nomme une boucle de renforcement.

Ce phénomène est sur-développé dans les jeux (Clash Royal, Minecraft, Candy Crush,…) mais se retrouve également dans les applications éducatives (système de récompenses, bonus à débloquer, niveaux,… déclenchent un plaisir addictif chez l’enfant).

Dr Peter Whybrow, directeur des neurosciences à l’UCLA, nomme les écrans « cocaïne électronique » et les chercheurs chinois les appellent « l’héroïne numérique. »

Cette addiction s’installe de plus en plus au cours des années tant et si bien qu’il est difficile de décrocher. Un sevrage forcé se solde souvent par des réactions violentes ou une apathie de l’enfant de l’adolescent.

Les psychologues du développement expliquent que le développement sain des enfants implique des interactions sociales, des jeux imaginatifs et créatifs, un engagement avec le monde réel et naturel, du mouvement,… Malheureusement, le monde immersif et addictif des écrans freine ou stoppe ce processus de développement.

Les préconisations sont donc :

  • aucune tablette ni smartphone avant 10 ans.
  • de responsabiliser l’enfant/l’adolescent sur une hygiène numérique en le dotant par exemple d’un chronomètre (temps de pause obligatoire + temps maxi par jour)
  • que les parents et l’entourage montrent l’exemple (pas d’écran à table ou temps d’attention exclusif à l’enfant quand il est là par exemple).
  • de favoriser les interactions sociales en directs
  • de réapprendre aux enfants à s’ennuyer afin qu’ils ré-adoptent des réflexes créatifs
  • d’informer les enfants sur le processus d’addiction qu’ils ne contrôleront pas s’ils n’en prennent pas conscience.

 

Et pour les télévisions, c’est encore plus vicieux puisque l’enfant est passif. Le cerveau se met dans un état proche de l’hypnose (voir TV lobotomie).

 

Source : nypost

 

Sur le même thème :

Faut-il interdire les écrans à nos enfants ?

L’impact du numérique sur le cerveau des enfants

Parents accros aux portables : 1/3 des enfants se sentent « sans importance »

Enfants : attention aux écrans !

J’aide mon enfant à faire bon usage des écrans

Tags:
3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂