Les conséquences du stress subi pendant l’enfance

Le stress vécu pendant l’enfance a des effets négatifs sur la santé à long terme en accélérant l’usure physiologique.

C’est ce que révèlent les résultats d’une étude relayée par le site Sciences et Avenir.

Cette étude a porté sur 7535 individus nés en Grande Bretagne en 1958. Le taux de dégradation de leur organisme a été mesuré à l’âge de 44 ans grâce à ce que l’on nomme “la charge allostatique“, un indicateur d’usure physiologique.

Le bilan est sans appel : l’exposition au stress telle qu’un divorce, une absence de soins, une dénutrition, un alcoolisme parental ou encore la présence proche de maladies mentales avant 16 ans a des conséquences négatives sur la santé à l’âge adulte.

Ce n’est pas la première fois que nous évoquons cette corrélation entre le stress lié à l’enfance et la santé à l’âge adulte. C’est d’ailleurs une des premières informations fournies dans le livre de Paul Tough “Comment les enfants réussissent“.  On y apprend l’existence de l’étude ACE : Adverse Childhood Experiences (expériences négatives de l’enfance).

17000 patients ont ainsi répondu à un questionnaire portant sur les traumatismes rencontrés pendant l’enfance :

Ces expériences négatives sont classées en 10 catégories : des mauvais traitements aux abus sexuels en passant par la négligence physique et émotionnelle et des dysfonctionnements familiaux (comme le divorce, la séparation des parents, la présence dans la famille de personnes en prison ou victimes de maladies mentales ou d’addiction).

 

Au plus les ACE étaient nombreuses, au plus les historiques médicaux étaient importants.

 

Les épreuves auxquelles ces patients ont été confrontés dans l’enfance les rendaient malades, quel que soit leur comportement.

 

L’éducation bienveillante protège les enfants du stress toxique

 

Le remède au stress toxique, selon les chercheurs d’Harvard, est l’éducation bienveillante comme celle que définit Catherine Gueguen dans ce TedX ainsi que dans ses deux ouvrages “Vivre heureux avec son enfant” et “Pour une enfance heureuse”.  Cette approche contribue à la maturation du cerveau des enfants tout en leur inculquant les règles essentielles à leur épanouissement au sein de la société qu’ils s’apprêtent à construire ou à transformer.(via)

 

10 conseils pour diminuer le stress des enfants

Voici une liste qui regroupe 10 conseils anti-stress pour les enfants (et les parents) et tous les liens utiles.

  1. Multipliez les contacts physiques : les câlins sont LE remède anti-stress par excellence. (voir cet article)
  2. Encouragez : afin de surmonter les épreuves et progresser, les enfants ont besoin d’encouragements (mais pas de jugement ni d’étiquette) (voir cet article)
  3. Renforcez sa sécurité intérieure : la sécurité intérieure est la base de la confiance en soi. (voir cet article)
  4. Faites de l’exercice : les enfants ont besoin de bouger. De plus, l’exercice physique est un booster pour le développement du cerveau.(voir cet article)
  5.  Ecoutez avec empathie : l’écoute sans jugement associée à une aide à la verbalisation émotionnelle rend heureux les enfants (voir cet article).
  6. Calme et pleine conscience : pour combattre le stress, optons pour la respiration et les expériences en pleine conscience. Apprenons aux enfants à se concentrer sur leur sens pour calmer leur mental (voir cet article).
  7. Mangez sainement : « l’aliment est notre premier médicament » écrivit Hippocrates. Isabelle Filliozat nous expliquait dans cet article que ce que nous donnons à nos enfants a un impact sur leur comportement (voir et article).
  8. Jouez : « le jeu est le travail de l’enfant »  selon Pauline Kergomard. Et elle a raison. Voici des jeux qui facilitent l’épanouissement des enfants.
  9. Créez : l’art diminue le stress et les enfants débordent d’imagination. Profitons-en ! Facilitons leur créativité ! (voir cet article)
  10. Coupez la contagion du stress en travaillant sur vous-même : les enfants absorbent le stress de leur environnement. Le calme a d’ailleurs la même capacité à se transmettre. Donc, formons-nous à des techniques anti-stress que les enfants imiteront. (voir cet article)

 

Outil d’auto-régulation du stress : la roue des choix

Enfin un outil que j’affectionne particulièrement et que les enfant peuvent s’approprier : la roue des choix (cliquez sur le lien ci-dessous pour accéder à l’article).

Outil : La roue pour diminuer le stress et être heureux


A lire : Comment les enfants réussissent de Paul Tough

 

comment les enfants réussisent

 

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂