15 façons d’éviter les menaces, les punitions, les cris, l’isolement…dans l’éducation

Je vous propose de découvrir 15 astuces pour collaborer avec bienveillance avec les enfants.

Les voici sous forme d’une affiche à imprimer avec un système d’auto-évaluation (testé/validé).

Bonne utilisation.

 

Le fichier PDF est à télécharger ici.

  1. Se baisser et toucher doucement le bras de l’enfant pour avoir son attention. Établir la connexion.
  2. Formuler positivement ce que vous attendez de l’enfant : “Je souhaite que les chaussures soient enlevées lorsqu’on rentre dans la maison”
  3. Établir une règle ensemble : “La règle est de retirer ses chaussures et de les ranger dans le placard en entrant dans la maison. Tu te souviens ?”
  4. Proposer des choix : “Tu peux soit d’abord ranger tes cubes, soit tes puzzles.”
  5. Donner des consignes ferme et des informations : “Le ballon reste à l’extérieur car il est sale”
  6. Jouer : “La brosse à dents t’appelle. Tu l’entends ? “Je veux brosser des dents !!!!””
  7. Dire “Stop” au lieu de “non” : le “non” peut prêter à confusion car il est utilisé dans d’autres contextes. Un “stop” ferme est plus efficace. De plus, le “non” lorsqu’il est trop fréquent aliment la phase d’opposition/d’affirmation de l’enfant.
  8. Réduire le flux de paroles et utiliser le non-verbal : les enfants ne seront pas ainsi noyés sous les informations “Casquette ?” [en montrant la tête puis le soleil]
  9. Interroger pour raviver la mémoire et encourager la réflexion : “Que pourrais-tu faire maintenant que l’eau est renversée sur la table ?”
  10. Montrer ce qu’on attend : rien en vaut l’exemple. Les enfants nous imitent. Alors montrons-leur ce que nous attendons d’eux. Si je dis “bonjour” et “merci” en souriant, les enfants feront de même !
  11. Adapter le cadre : Les objets fragiles sont à portée de l’enfant ? déplacez-les jusqu’à ce que son développement lui permette d’éviter de les casser.
  12. Une consigne à la fois : on peut difficilement se concentrer sur plusieurs choses à la fois. Alors simplifions et segmentons.
  13. Écouter et accueillir l’émotion de l’enfant : les émotions fortes parasitent la concentration et la compréhension. Alors commençons par écouter l’enfant avant de lui demander de nous écouter. L’empathie fait des miracles.
  14. Utiliser “dès que” : “dès que tu auras terminé tes devoirs, tu pourras sortir” Le “dès que” implique un objectif positif et une conséquence logique. Il ne s’agit pas de chantage.
  15. Impliquer : “c’est toi qui active le chrono, ok ?” Lorsqu’un enfant se sent appartenir à l’équation, il la résout presque tout-seul ! C’est valorisant !

 

Pour finir, une fois que l’enfant a réalisé une action que vous validez, n’hésitez pas à le remercier et à remarquer oralement cet acte. Il la reproduira plus facilement à l’avenir.

 

Vous avez aimé cet outil ? Vous pouvez m’aider à en développer d’autres grâce à vos dons. Merci !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂