Une petite claque pour nous, une grosse claque pour un enfant

Le nombre de « j’aime/j’aime pas » ci-dessus correspond aux avis des personnes qui ont visionné le spot de la Fondation pour l’Enfance ci-dessous :

Certes, ce n’est pas une statistique significative car il a été vu près d’un million de fois.

Mais… quand nous jetons un oeil aux commentaires sous la vidéo, nous trouvons un grand éventail de propos agressifs et insultants pour défendre cette pratique de la gifle (et autres violences ordinaires).

Comment peut-on défendre quelconque violence envers un enfant ?

  • En pensant que les enfants sont des monstres qui ne rêvent que de domination. Les monstres se combattent par la violence. Ils méritent d’être frappés.
  • En ayant peur de remettre en question nos propres parents qui nous ont frappé et nous ont servi de modèles.
  • En ayant intégré que la violence est une force « virile » et que ceux qui n’en usent pas sont des faibles.
  • En reproduisant mécaniquement ce que l’on a subi de l’enfance à l’âge adulte
  • En pensant que la violence ne tue pas mais contribue à l’obéissance et l’autorité, clé d’une « bonne » éducation
  • En croyant qu’un parent qui ne frappe pas, n’aime pas vraiment son enfant…

La vérité est qu’une gifle est une violence.

Elle détruit autant les neurones (les neurosciences l’ont prouvé) que l’estime de soi : le cerveau de l’enfant est très fragile.

La violence se transmet puisque les enfants nous imitent. « Maman/papa frappe alors je peux frapper aussi quand quelqu’un n’est pas d’accord avec moi. »

La violence dresse au lieu de responsabiliser et d’inculquer les comportements attendus. Qui a envie d’écouter et d’apprendre d’une personne qui frappe ? L’enfant

L’enfant, confronté à des violences terrorisantes et incompréhensibles et à un adulte qui soudain se transforme en “monstre” ou se conduit de façon incohérente, se retrouve paralysé psychiquement (voir cet article).

La violence tue à petit feu notre humanité et notre capacité à communiquer/nous connecter avec nos pairs, considérés comme sources de danger à réprimer.

La violence étouffe l’expression des émotions qui restent enfouies et menacent de ressortir plus tard avec encore plus d’intensité.

La violence est une des causes de la dépression et de comportements déviants : la violence alimente la rébellion, l’irrespect, le désir de nuire.

La violence est un signe de faiblesse : Comment peut-on s’en prendre à un enfant ? Fait-on la même chose entre adultes ?

 

Pour sortir du cercle de la violence, il est souvent nécessaire d’avoir un déclic.

Un déclic qui remet en cause les croyances erronées citées en premières partie.

Un déclic pour prendre conscience qu’une frappe n’est jamais anodine et qu’elle marque profondément.

Un déclic qui nous fait comprendre que nous avons tous le pouvoir de retenir notre main en marquant par exemple une pause pour diminuer la colère et le stress lorsque l’envie de frapper monte.

Un déclic qui nous donne le courage de demander de l’aide pour y parvenir.

Un déclic pour s’opposer aux personnes qui défendent les croyances erronées et plébiscitent la violence contre les enfants.

Faisons notre part pour briser la chaine de la violence.

 

Je complète cet article avec une vidéo de la chaine youtube « et tout le monde s’en fout » :

 

Articles avec des ressources :

4 étapes simples pour bannir la violence des rapports parent-enfant au quotidien

« Les alternatives à la violence éducative existent »

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂