Petit jeu pour entrainer enfants et adultes à penser positif

Je vous propose de tester aujourd’hui un jeu simple pour entrainer les enfants (et les adultes) à penser positif et à prendre conscience du processus de déclenchement de leurs émotions.

Je me suis basé sur la recette du bonheur prônée par la psychologie positive et qui indique que, pour être heureux, il est nécessaire d’avoir 2 pensées positives pour 1 pensée négative. 

Petit jeu pour entrainer enfants et

Pourquoi y a-t-il besoin d’un entrainement pour penser positif  ? Parce que le cerveau a tendance à retenir les pensées et informations négatives. Ceci dans un but de survie. Cette particularité est un héritage de notre lointain passé où l’optimisme ne nous permettait pas forcément d’échapper aux crocs de prédateurs affamés. Aujourd’hui, les causes réelles de pensées négatives ont disparu, pour l’essentiel. Nous pouvons ainsi plus nous consacrer à l’exploration de notre monde et à notre épanouissement plutôt qu’à notre défense ! 🙂

 

« Je pense positif » : le jeu pour penser positif

 

Focus sur les pensées négatives et positives :

Nous définirons une pensée négative ainsi : une pensée négative provoque une émotion désagréable (peur, tristesse,…).

Une pensée positive provoque une émotion agréable (joie…).

Il est donc important d’être à l’écoute de ses émotions pour jouer.

 

Règles du jeu

On peut jouer en famille, entre amis, avec des presqu’amis, de parfaits inconnus,…à une, deux, trois, quatre…la seule limite est l’espace disponible.

A partir de…l’âge où on sourit. 🙂

 

  • Chacun s’assoit autour d’une table ou sur un canapé (ou en voiture).
  • On vote à main levée dans quel ordre chacun jouera (dans le sens des aiguilles d’une montre, à l’envers, du plus vieux au plus jeune, du plus petit au plus grand, de celui qui a le plus de dents vers celui qui en a le moins,…).
  • Chaque joueur, lorsque vient son tour, commence par énoncer une pensée négative. Puis, tout de suite après, donne trois pensées positives. Elles doivent être différentes d’un tour à l’autre et au sein du même tour du joueur.

Exemple :

Pensée négative :

« je me sens nul parfois »

Pensées positives :

« j’ai réussi à réparer mon vélo »

« Je me suis réconcilié avec Paul »

« J’ai hâte que mamie arrive ce week-end ! »

Suivant !

  • On peut aussi écrire ses pensées sur des feuilles à bloc note carré.
  • Pour faciliter l’expression des pensées on peut utiliser ce type de phrases : « quand je pense à … je me sens… »

 

  • Chacun possède un « Joker optimiste« . On peut le jouer pendant notre tour ou pendant le tour d’un autre participant. Ce joker autorise un des joueurs à souffler une pensée positive pour aider à compléter les 3 d’un autre joueur ou à éviter de donner une pensée négative.

Donc, le joker peut s’utiliser pour aider les autres ou pour se faire aider.

Ce joker optimiste rend le jeu coopératif et il permet de confronter nos impressions à celles des autres. Ainsi, on peut considérer une situation comme négative mais quelqu’un peut y voir des aspects positifs et nous faire changer d’avis. 🙂

 

  • Lorsque quelqu’un termine son tour, le joueur suivant enchaine en énonçant sa pensée négative et ses 3 pensées positives.
  • Lorsqu’on revient au premier joueur, on compte 1 point pour toute l’équipe.

Ces points représentent la puissance positive de l’ensemble des joueurs. Tout le monde est donc gagnant.

  • Le jeu stoppe quand un des joueurs ne parvient pas à fournir ses 4 pensées et qu’il n’y a plus de joker disponible.
  • On compte alors le nombre de points correspondant au décompte de tours effectués. On obtient ainsi la puissance positive de l’équipe !

 

Le défi est de battre à chaque fois son record précédent !

 

Je vous conseille de jouer à ce jeu au moins une fois par jour. A 2, à 3 ou plus.

kids-685774_1280-2
Oh ! des pensées positives en forme de bulles !

 

Variantes :

– Vous pouvez utiliser un sablier pour rythmer le jeu.

– Tirez un dé à 6 faces pour déterminer le nombre de jokers pour chacun des joueurs.

– Vous pouvez demander une pensée négative pour deux pensées positives dans les premières parties.

– Parmi les 3 pensées positives, on peut rajouter la règle suivante :

Une des pensées positives doit répondre exactement à la pensée négative énoncée. Ainsi, cela exerce à réinterpréter positivement les expériences.

Exemple : Pensée négative : « J’ai l’impression que je suis trop timide. »

Pensées positives : « J’ai un nouveau copain. Je l’ai rencontré au sport. » (je suis donc moins timide que ce que je crois)

« Les fleurs qu’on a plantées ont poussé ! c’est super ! »

« J’aime te voir sourire. »

Les vertus du jeu « je(u) pense positif »

Les vertus de ce jeu sont nombreuses. Il permet de développer :

– empathie

– optimisme

– esprit de coopération

– altruisme

– gratitude

– communication positive

– intelligence émotionnelle

– estime et confiance en soi

-…

Que pensez-vous de ce jeu ?

Si vous aimez, partagez et commentez. Merci !

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

15 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂