Les avantages d’utiliser le « je » au lieu du « tu » pour parler aux enfants

« Tu es méchant ! » « Tu as dit un gros mot ! » « Tu me cherches… » « Regarde ce que tu as fait ! »

Imaginez qu’on vous parle ainsi. Quelle serait votre réaction ?

  • Vous ressentez de la culpabilité et vous vous défendez ou attaquez en retour.
  • Vous pensez que la personne en face de vous ne vous fait pas confiance et vous êtes donc sur la défensive.
  • Vous éprouvez de l’indignation d’être accusé à tort et le stress se transforme en colère.
  • Vous êtes désemparé(e)s car vous ne savez pas ce qu’attend la personne qui vous parle ainsi.

Ces quatre ressentis activent les mauvaises parties du cerveau. Celles qui engagent la survie et non celles consacrées à l’apprentissage et à la collaboration. Cette survie implique des « comportements de survie » et non des processus d’apprentissage, de connexion et de collaboration.

On ne peut pas à la fois se défendre car on se sent agressé et raisonner pour changer de comportement. Et encore moins accéder aux demandes de notre interlocuteur puisqu’il n’y a pas de demande explicite dans un reproche…

Ce constat est encore plus vrai pour les enfants dont le cerveau est immature et qui sont souvent débordés par leurs émotions.

L’astuce pour éviter cet écueil est simple : remplacer le « tu » par le « je » et reformuler.

Nous remarquons en effet que les reproches, les cris, les insultes sont facilement proférés en utilisant le « tu » dans une phrase.

À l’inverse, le « je » implique une expression personnelle de nos émotions, une description dénuée de jugement de la situation et un partage des solutions possibles selon nos besoins. Cela favorise donc la collaboration.

De plus, l’emploi du « je » permet de prendre sa part de responsabilité dans un évènement au lieu de rejeter la faute sur autrui.

Voici quelques exemples :

« Je n’aime pas qu’on tape les gens ou qu’on jette des objets. J’attends qu’on utilise les mains pour jouer, manipuler,… »

« Le vase s’est brisé. Comment réparer ? »

« Je suis inquiet lorsqu’on joue dans la cuisine, surtout lorsqu’une poêle est sur le feu. Il y a un risque d’accident.  »

« Je n’aime pas quand tu exiges quelque chose. Je souhaite entendre « papa, est-ce que je peux avoir du jus de pomme s’il-te-plait. »

 

Cette façon de parler peut sembler peu naturelle au début tant nous sommes assaillis par les « tu » depuis notre enfance. Cela nous a conditionné. Mais avec de la pratique, nous gagnons énormément en confort, tranquilité et bienveillance car :

  • Nous verbalisons régulièrement nos émotions ce qui en réduit l’intensité.
  • Nos enfant apprennent eux-aussi à verbaliser leurs propres émotions.
  • Nous gardons le « contact » empathique avec nos enfants.
  • Nous apaisons notre esprit en transformant les critiques et pensées négatives en consignes et choix. C’est plus simple !
  • Nous établissons un rapport de confiance avec nos enfants.

Bref, optons pour le « je » le plus possible !

3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂