4 outils pour aider les enfants hypersensibles

Le cerveau de l’enfant hypersensible réagit souvent de manière disproportionnée aux stimuli extérieurs. Cela s’appelle l’hyperesthésie. Le cerveau est plus sensible aux bruits, aux odeurs, à la luminosité, aux sensations tactiles. Le cerveau des hypersensibles amplifie également et régule moins bien les différentes émotions. Ainsi, les enfants hypersensibles sont souvent submergés par des émotions qu’ils ont encore plus de mal à apprivoiser que d’autres enfants du même âge. Enfin, le cerveau hypersensible a un traitement plus profond de l’information avec un sens du subtil et du détail hors du commun.

Dans leur livre « Vive les Zatypiques ! », Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, nous conseillent notamment quelques méthodes pour aider les enfants qui ont pour trait de caractère cette hypersensibilité.

Elles nous invitent à ne pas les brusquer, ni à chercher à les « endurcir » mais au contraire à les guider vers une acceptation de leurs ressentis car étouffer une émotion ou une sensation revient à les fragiliser, à les isoler et à les couper de leur moi profond.

 

  1. Calmer l’hyperesthésie 
    Les auteures préconisent de s’appuyer sur la méthode Vittoz dont les exercices permettent de développer la réceptivité consciente, étape qui permettra de maitriser la pensée qui en découle.
    Exercice à tester :
     » Tu regardes autour de toi et tu laisses entrer les formes, les couleurs, comme si c’était la première fois que tu les voyais, sans réfléchir… Tu fermes les yeux et tu laisses entrer les sons et leur vibration dans ton corps… Tu te concentres sur les petits capteurs dans ton nez et tu accueilles les odeurs… Même chose pour les sensations tactiles… et les goûts.  » 
  2. Accueillir l’angoisse et l’anxiété
    Afin que l’émotion ne déborde pas un enfant hypersensible, nous pouvons accueillir ses émotions et l’aider à les verbaliser : « Je vois que tu as peur » « De 1 à 5, quelle est l’intensité de ton émotion ? »
    Avoir recours à une affiche présentant les émotions ou une réglettes portables est pertinent dans cette logique.
  3. Cultiver l’intelligence émotionnelle
    L’intelligence émotionnelle est l’habileté à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec elles, ainsi qu’à les réguler chez soi et chez les autres.Pour cultiver cette intelligence émotion, la littérature est une alliée. Une histoire avec des personnages auxquels l’enfant peut s’identifier est un support de choix pour apprendre à reconnaitre et nommer les émotions. De plus, cela développe l’empathie.
    Les films d’animation sont également utilisables :

  4. Pratiquer des techniques psychocorporelles
    La sophrologie, la méditation, le yoga, l’hypnose, la relaxation aide à apprivoiser les émotions et les sensations.
    Exemple : le scan corporel

 

Source :

Vive les Zatypiques ! : Aidons nos enfants surdoués, hypersensibles, dys- et autres zèbres de 3 à 20 ans à s’épanouir

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

4 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *