Votre enfant ne vous raconte pas sa journée ? C’est normal !

Si votre enfant a vécu sa première rentrée, vous devez être pressé de savoir comment ça s’est passé. Seul problème : il ne veut rien dire. Enfin, c’est plutôt qu’il ne PEUT rien dire. La raison ? sa mémoire n’est pas encore suffisamment structurée et il ne maitrise pas les repères temporels. Ainsi, il ne peut pas capter, construire et narrer ses souvenirs à la demande et encore moins chronologiquement. Alors, n’insistons pas. Optons pour des stratégies ludiques et apaisantes. 🙂

Nous pouvons en effet l’aider grâce à ces quelques astuces :

  • Jouer avec des peluches ou des jouets et faire “comme si” c’était la première journée d’école. Le jeu aide à prendre du recul face à une situation forte en émotions (comme c’est le cas pour la première journée de classe).
  • Faire une séance de dessin libre : là-aussi, l’art débloque les souvenirs et donne accès à la mémoire et aux émotions même s’ils prendront peut-être la forme d’une oeuvre très métaphorique. 🙂 De plus, ajoutons que le dessin déclenche la sécrétion de dopamine qui augmente le bien-être.
  • Lire un album sur la rentrée scolaire (comme celui-ci). En entendant l’histoire, en regardant les illustrations et en riant, les souvenirs de l’enfant afflueront et il sera capable de les raconter. Vous pouvez aussi l’aider en le questionnant gentiment : “ta classe est comme celle du livre ?” “toi-aussi tu as des camarades ?” “Il y avait un koala à la cantine ?”
  • Inventer une chanson sur l’école : sur un air que votre enfant aime, inventez ensemble des paroles en lui laissant choisir. Il pourra ainsi peut-être accéder aux moments de la journée qu’il a plus ou moins appréciés.
  • Séance de câlins + balade : les câlins apaisent les tensions et sont propices à la reconnexion. La balade en extérieur aère le cerveau. Ainsi détendu et en profitant de cette sortie sans but précise, l’enfant prendra la parole s’il en a envie.

 

Vous l’avez compris, ces idées ne sont pas uniquement là pour étancher notre curiosité. Il s’agit aussi (et surtout) de libérer le stress et de poser des mots sur les émotions des enfants.

 

Tags:
3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂