Les repas partagés en famille pendant l’enfance influent sur la sociabilité une fois adulte

© Bill Branson
© Bill Branson

Des chercheurs belges ont mené une étude qui a permis de prouver que la fréquence des repas partagés en famille pendant l’enfance avait un impact positif sur le comportement social une fois adulte.

Par opposition aux repas individuels, les repas partagés (tous les aliments pour tous les individus) permettent de considérer et de respecter les goûts de chacun, d’apprendre l’équité et l’altruisme (quantité de nourriture commune).

« Ma » nourriture devient ainsi « notre » nourriture et cette habitude développe les comportements prosociaux plus tard.

 

 

Source

 

A découvrir aussi : les repas en famille, rempart contre l’obésité.

 

A propos des repas :

Les repas des enfants : les conseils de Catherine Gueguen

 

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂