Outil : le bonhomme émotion et pensée pour aider les enfants à exprimer leurs émotions et s’épanouir

Le bonhomme émotion et pensée  est un personnage lié à l’enfant. Le fait de le regarder “de l’extérieur” va faciliter la verbalisation et la libération émotionnelle ainsi que la rationalisation des pensées.

Je vous explique tout.

 

 

Matériel nécessaire :

  • crayons de couleur
  • feuilles avec deux bonhommes dessinés et prêts à être coloriés
  • gomme

 

Préparation : 

Demandez à votre enfant de dessiner deux silhouettes (ou imprimez celles qui apparaissent ci-dessous) au recto et au verso d’une feuille A4.

Option  1 : pleine conscience des émotions et des pensées

 

  • Dites-lui que le bonhomme de gauche est relié émotionnellement à lui. Ainsi, lorsqu’il ressent de la tristesse, le bonhomme aussi.
  • Les émotions se ressentent dans son corps au même endroit et au même moment que lui.
  • Pour s’entrainer, proposez à votre enfant de colorier la colère, la joie, le dégout, etc. sur le bonhomme de gauche.
  • Dites-lui aussi que ce bonhomme en plus des émotions, a les mêmes pensées que lui. Il peut ainsi dessiner ses pensées dans le rond qui représente sa tête (ou en dessinant cela dans une bulle façon BD au dessus de sa tête)
  • Pour s’entraîner, invitez-le à dessiner des pensées positives (comme le fait de penser à quelqu’un qu’on aime ou à une victoire) ou moins plaisantes (comme une inquiétude, une critique entendue, etc.).
  • Expliquez-lui qu’en coloriant les émotions et en dessinant les pensées, il peut soit s’en soulager (si elles sont désagréables) soit en profiter, si elles sont agréables.
  • On peut même parvenir à supprimer une pensée (en déportant notre attention)  ou la modifier : proposez-lui de la gommer ou de dessiner une autre pensée à la place.
  • Le bonhomme de droite est un allié de coeur. C’est une personne qui lui apporte du soutien et du réconfort. L’enfant peut écrire son nom en dessous.
  • Il peut relier son coeur au sien (en tirant un trait ou comme un flux) et remplir progressivement le sien dès qu’il se sentira mieux.
  • Cette technique fait également ressentir de la gratitude.
  • Quand l’enfant se sent mieux, pliez la feuille en deux en rabattant les deux bonhommes l’un sur l’autre. Dites à votre enfant de colorier et de dessiner les émotions et les pensées qu’il a maintenant (sur l’une des deux silhouettes vierges au verso).
Pensée désagréable : je me sens gros (avant et après)

 

Emotion : Je ressens de la peur

Option 2 : avec ho’oponono

  • Sur le bonhomme de gauche, invitez l’enfant à colorier et dessiner ses émotions ou ses pensées (y compris les traits du visage qui reflètent les émotions).
  • Sur le bonhomme de droite, demandez-lui de faire de de même en imaginant que ses émotions ou ses pensées désagréables sont parties.
  • Découpez la feuille en son milieu et jetez la partie de gauche pour ne garder que le bonhomme de droite en récitant la formule ho’oponono :
    Désolé : d’avoir inconsciemment attiré cette situation
    Pardon : à la vie et à moi-même
    Merci : de m’avoir indiqué le problème
    Je t’aime : la vie, l’environnement, lui-même.

Option 3 : dialoguer et se dissocier

  • afin d’aider le personnage sur le papier à aller mieux, l’enfant peut lui prodiguer des conseils, établir un dialogue et évoquer des actions réparatrices affectivement
  • il peut aussi raconter l’évènement (la narration aide à donner du sens aux pensées et à réduite l’intensité émotionnelle)
  • inconsciemment, il profitera des bienfaits de ce dialogue pour son propre état émotionnel

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂