Comment ne pas se sentir coupable quand on lit un article sur la parentalité

Comment ne pas se sentir coupable quand on lit un article sur la parentalité

La culpabilité est une émotion causée par la transgression d’une norme morale (wikipedia). Ok.

Certains parents en usent ou en ont usé via les jugements et reproches, ce qui a contribué à la transmission du sentiment et de la peur de ne pas être à la hauteur.

Alice Miller explique à ce sujet que « de nombreuses personnes souffrent de ce sentiment oppressif de culpabilité dans leur vie, un sentiment de ne pas être devenu comme nos parents le voulaient… sans explication, ce sentiment de culpabilité peut s’accroître. ».

S’ajoutent des jeux psychologiques dangereux tels que le triangle persécuteur/victime/sauveur (manipulation) :

triangle
Extrait de « boostez votre parcours professionnel avec le mind mapping »

La société et les médias font le reste…

Tiens, parlons-en des médias : parentalité positive, 10 astuces pour des parents efficaces, les mots à dire et à éviter,… Les rappels à la transgression morale sont nombreux et font vibrer la culpabilité appuyée par des pensées auto-dévalorisantes…

 

Comment réagir ?

On peut éviter ce type de lecture anxiogène… ou bien affronter la peur du jugement, considérer les articles comme ce qu’ils sont (des mots sur un écran ou sur du papier), distinguer les pensées et émotions qu’ils génèrent en nous et retrouver l’origine de ses pensées/émotions et des schémas douloureux qu’elles nous imposent et apprendre sereinement un ou deux trucs au passage (gardons l’esprit ouvert) . J’opte pour la deuxième solution.

 

Accepter l’émotion et prendre conscience des jeux psychologiques en présence

Comme toute émotion, il est important de la nommer et de l’accepter tout comme le fait de prendre conscience du triangle de Karpman (passé et présent). Mais il ne faut pas s’arrêter là.

Ce sont les besoins insatisfaits qui déclenchent les émotions et les croyances qui amplifient ou diminuent le ressenti.

 

Accepter notre humanité (conseil de Marie Gilbert)

Ce n’est ni la première, ni la dernière erreur que vous commettrez. Vous avez le droit d’échouer. Mais un échec ne sert pas à grand chose si nous n’en retenons pas une leçon pour nous améliorer la prochaine fois.

Donc, félicitez-vous d’avoir pris conscience de votre faux pas, et orientez votre énergie vers la réparation du préjudice et l’adoption de méthodes différentes (qui donneront des résultats différents donc).

Une croyance à adopter d’urgence : La perfection n’existe pas. Les parents parfaits sont une légende.

Et une autre : Il ne tient qu’à nous de changer de méthode pour obtenir des effets différents.

 

Dire “non” aux jeux psychologiques

Vous pouvez dire “non” aux jeux psychologiques et décider de ne pas rentrer dans un rôle persécuteur/victime/sauveur. “Non, je ne suis pas d’accord”.

Et ce qui aide vraiment dans ce cas est alors de se poser la question sur vos véritables besoins. C’est le point suivant.

 

S’écouter (conseil d’Isabelle Filliozat)

Que ressentez vous ? Quelle(s) émotion(s) s’allument sur votre tableau de bord interne. Une fois que vous avez identifié ces émotions, demandez-vous quels besoins ne sont pas satisfaits. Exprimez-les et formulez une demande qui répondra à ces besoins.

 

« Quand il se passe …, je ressens …. J’ai besoin de … donc je te demande …. »

Observer(sans juger), Sentiment, Besoin, Demande. OSBD. C’est de la communication non-violente de Marshall B. Rosenberg !

 

S’intéresser à autrui pour faire taire le juge mental

L’altruisme et l’empathie calme l’ego. C’est lui qui fait naitre la culpabilité et fait s’élever les ruminations inutiles. Alors, demandons-nous quels sont les besoins d’autrui et aidons-les à les exprimer ainsi que leurs émotions. En s’occupant d’autrui, on s’aide soi-même.

 

Le dossier RAF (par Alexandre Jollien)

Ecoutons Alexandre Jollien

J’ai rencontré un gastro-entérologue qui, après que je fus examiné sous toutes les coutures, m’a assuré que je n’avais rien. Il m’a alors donné un précieux conseil : « Désormais tu as un dossier RAF, Rien À Foutre. Chaque fois qu’une angoisse te turlupine, mets-la illico dans le dossier. » Ce docteur, impeccable, non seulement a fait tout ce qui était médicalement possible pour dépister une maladie, mais il a aussi évacué toute angoisse. Sans banaliser ma peur, ni évoquer trop tôt le concept fourre-tout de trouble psychosomatique, il m’a réellement aidé. Pourquoi ne pas suivre son conseil et créer nous aussi un dossier RAF pour y balancer toutes les tracasseries inutiles. L’exercice est à pratiquer au présent et à la première personne : l’imposer avec force à quelqu’un d’anxieux est inefficace et bien cruel. S’initier à la patience, c’est aussi découvrir progressivement une confiance en la vie. Sur cette route, les amis dans le bien nous soutiennent lorsque nous trébuchons. »

Le dossier RAF, une aide pour lâcher prise !

Celui qui a écrit l’article est mon ami

Voici une astuce que j’aime beaucoup. En grande partie parce que c’est comme cela que je rédige mes articles. Je veux aider en partageant mes découvertes et mes réflexions en espérant qu’elles vous apporteront quelque chose de positif.

Vous pouvez donc, en lisant un article, vous dire que celui qui l’a écrit est votre ami et qu’il partage avec vous des avis bienveillants. L’amour et l’amitié procurent du bonheur. Invoquons-les !

Je vous offre un café ou un thé ?

 

L’apprentissage permanent

Être humain est un apprentissage permanent. Le but est de considérer que la vie est un laboratoire et que toute expérience sert à apprendre ! Nous avons un potentiel de changement énorme ! Notre cerveau est très puissant et surtout neuroplastique (il se modifie en fonction de nos actes et de nos pensées) . 🙂

Cette croyance sert de paratonnerre optimiste . “Que vais-je apprendre de cette lecture ?” “Que vais-je tester ?” “Quel est mon objectif ? ”

 

Pour finir

Pour finir, je partage avec vous une citation que j’apprécie :

“Personne n’est capable de vous contrarier sans votre consentement.” Eleanor Roosevelt

 

Voilà, j’espère que cet article vous a plu.

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂