Education : pourquoi limiter les “bravo, c’est bien !”

Que se passe-t-il dans la tête des enfants lorsque nous leur disons “Bravo ! C’est bien !” ?

Cyrielle d’Horizons Famille nous répond avec une grande clarté.

 

 

Les conséquences des félicitations 

Les félicitations sont en réalité des récompenses selon Isabelle Filliozat . Or, ces dernières ne figurent pas sur la liste des techniques efficaces pour favoriser l’épanouissement de nos enfants.

3 arguments à retenir :

Argument 1 : Isabelle Filliozat se fait écho d’une étude qui a montré que flatteries et félicitations avaient tendance à développer du narcissisme.

Argument 2 : Un enfant habitué à être félicité va développer une motivation autour de l’acte de « faire plaisir à l’autre » et non à lui-même.

Argument 3 : un adulte qui félicite émet un jugement, ce qui place l’enfant en position d’infériorité. Ce jugement peut bloquer l’enfant dans la mesure où il réveille le pendant négatif des félicitations, c’est-à-dire les critiques. L’enfant peut donc développer une peur chronique de l’échec et un déficit de confiance en lui.

 

Par quoi remplacer “c’est bien” ?

Passons donc à la boite à outils pour remplacer le “c’est bien” et véritablement encourager les enfants :

  • la description sans juger de ce que nous renvoient nos sens en commençant notre phrase par “je” : « je vois que tu as enlevé tes chaussures » « j’ai remarqué » tes efforts »
  • les questions sur le ressenti de l’enfant  : “Qu’est-ce que tu as ressenti quand tu as… ?” “Qu’est-ce qui t’a fait le plus plaisir ? ” “De quoi es-tu le plus fier ? ” “Et toi qu’en penses-tu ?” puis la reformulation en miroir (écoute active) “Je constate que tu es vraiment content. “
  • la communication non-verbale : un sourire, un regard suffisent.
  • la photo valorisante : « je peux prendre en photo ce que tu as fait ? »
  • la gratitude : « merci de m’avoir aidé à rentrer les courses »
  • la phrase descriptive + émotion+message « je » : « j’aime te regarder… (dessiner, courir, ranger tes chaussures) »

Et à éviter :

 

Derniers mots : 

Est-ce facile de cesser de dire “c’est bien” ? Non, car les habitudes sont coriaces (notamment celle de juger). En revanche, elles ont tendance à disparaitre quand nous les remarquons et quand nous prenons l’habitude de les remplacer !

Savez-vous ce qui facilite la transition vers le non-jugement ? la méditation ! On y apprend à observer plutôt que juger.  🙂

9 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂