Les signes annonciateurs d’une crise de colère chez l’enfant (et comment l’apaiser)

Quand la colère grandit, elle s’empare progressivement de tout le corps des enfants et la pression monte, monte, monte…puis c’est l’explosion.

Heureusement, il est possible d’anticiper cette crise grâce à une bonne dose d’observation et en mettant à disposition de l’enfant des outils qu’il utilisera progressivement en autonomie.

 

Les signes annonciateurs de la crise de colère

Dans l’affiche ci-dessous, vous trouverez une liste de quelques signes qui annoncent une crise de colère. Idéal pour anticiper et informer l’enfant de ses sensations au moment où la colère monte.

Le fait qu’il soit conscient de ses sensations lui permettra de verbaliser ce qu’il ressent : “je ressens de la colère”, ce qui est propice à la régulation du cerveau émotionnel par le cortex préfrontal.

Si nous, parents, nous rendons compte avant lui de l’émergence de ces signes, nous pouvons accompagner cette émotion : “Je vois que tu es contrarié/mécontent/fâché/énervé/furieux”(émotions croissantes) et lui offrir une écoute empathique, un câlin ou encore une activité à l’extérieur pour décharger les tensions.

Une fois la colère retombée, on pourra discuter des causes de la colère. “Que s’est-il passé ?” puis des solutions pour résoudre les problèmes soulevés.

 

 

Pour compléter, voici 9 stratégies pour apaiser la colère (+ affiche)

 

  • Verbalisation
    Quand une émotion se présente. Invitez votre enfant à le dire : « je ressens de la colère » ou simplement le mot « colère ». Le fait de poser un mot sur une émotion en diminue l’affect. Si votre enfant ne sait pas parler, mettez en place un poster des émotions et dites-lui qu’il lui suffit de pointer du doigt l’émotion qu’il ressent. Pour fabriquer un poster des émotions, prenez une grande feuille et disposez des têtes d’animaux ou des smiley avec les émotions de base : joie, dégoût, tristesse, colère, peur. Vous pouvez même rajouter l’amour qui fera penser à la stratégie suivante.
  • Câlin
    Les câlins déclenchent la sécrétion d’ocytocine (hormone du bonheur) qui vient réguler le cortisol (hormone du stress), évitant que le cerveau émotionnel ne soit hors de contrôle du cortex préfrontal. Cela favorise aussi la décharge émotionnelle en toute sécurité (et le retour à la normale)
  • Le souffle
    Apprenez à votre enfant à respirer avec son abdomen le plus profondément possible. S’il sait compter, dites-lui de compter jusqu’à 10 dans sa tête.  Mieux, faites-lui compter sur ses doigts. Ainsi, il se concentrera sur ses mouvements et traversera plus facilement l’émotion.
  • Marcher  ou sauter sur place
    La marche apaise les tensions. C’est encore mieux si c’est une marche dans un espace vert. Quant aux sauts sur place, ils évacuent la pression et calment l’émotion.
  • Chanter
    Le chant rend heureux et permet d’évacuer le stress. Suggérez à votre enfant d’inventer sa chanson d’apaisement et enregistrez-la. L’intérêt de l’enregistrement est que lorsqu’il entendra sa chanson, la bonne humeur reviendra instantanément. C’est un des pouvoirs de la musique. Pour simplifier, vous pouvez utiliser une musique qu’il aime et changer les paroles. L’avantage de choisir un air connu et que partout ou votre enfant entendra sa chanson, il se sentira bien. 🙂
  • Boire un gobelet d’eau à la paille
    La déshydration est source de stress et les enfants ne se rendent parfois pas compte qu’ils en souffrent. C’est d’autant plus vrai en été. Le gobelet d’eau est donc un ami. Et la paille permet de boire plus lentement.
  • Serrer un doudou ou un coussin
    Le fait de serrer fort un doudou ou un coussin évacue les tensions.
  • Gribouiller ou dessiner
    Le gribouillage et le dessin facilitent l’expression et la traversée des émotions. Ayez toujours un bloc-note et de quoi écrire à portée de main. Proposez à votre enfant de jeter le dessin une fois la colère traversée.
  • Imaginer une bulle de sérénité
    La bulle de sérénité est une bulle dans laquelle l’enfant se sent en sécurité.Vous pouvez l’aider à l’imaginer en lui suggérant d’y mettre un paysage apaisant, une cabane ou encore des visages aimants. Elle peut aussi contenir le souvenir d’une expérience joyeuse vécue par l’enfant.

 

Plus d’outils ?

Tags:

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂