Astuce éducative : verbaliser ce que pensent et ressentent nos enfants

Ce que je nomme “télépathie” est la capacité à “deviner” les pensées et affects de nos enfants.

Ce super-pouvoir qui s’appuie sur l’observation, l’intuition, l’empathie, l’expérience, un sens de logique et un brin de magie/hasard quand même, nous permet de verbaliser ce que nous pensons que pensent nos enfants.

C’est une preuve de notre intérêt pour ce qu’ils ressentent ou pensent et en même temps un moyen de se connecter à eux via les émotions.

Par exemple, devant un petit garçon qui essayent en vain de remonter sa fermeture Éclair et commence à s’énerver, hop, nous verbalisons ce que nous voyons et ce que nous estimons que l’enfant ressent :

“C’est difficile de remonter cette fermeture Éclair”

“Je vois que cela te met en colère de ne pas y arriver”

Et même pour les expériences positives :

“Tu le trouves amusant ce clown, n’est-ce pas ?”

 

Ces “parents télépathes” sont appelés Mind-Minded, comme nous l’explique la journaliste Anne Peck dans le magazine Psychologie Positive en kiosque actuellement.

 

Il y a 2 effets scientifiques connus à cette pratique Mind-Minded :

  1. Les enfants de parents mind-minded sont plus capables de se mettre à la place des autres et sont plus sociaux
  2. Les bébés de 8 mois ayant une mère mind-minded savent mieux lire et compter quand ils sont plus grands 

 

Ajoutons d’autres effets supplémentaires :

  • l’enfant acquiert un vocabulaire des émotions et des besoins et cela facilitera son expression émotionnel (et l’auto-régulation)
  • les besoins d’attention et de reconnaissance de l’enfant sont plus comblés puisque ses parents l’écoutent sans le juger et établissent un dialogue avec lui

Attention : Cette faculté de lire dans les pensées des enfants reste approximative et subjective. Il n’est pas rare de se tromper comme lorsque nous supposons qu’un enfant pleure parce qu’il a faim alors que c’est un autre besoin qui est à satisfaire.

Il est par conséquent essentiel de rester souple, ouvert, bienveillant et de ne pas essayer d’imposer notre vision et notre interprétation absolument car l’enfant serait alors déconnecté de son véritable ressenti. Pire, il pourrait alors penser qu’il n’a pas le droit de ressentir ce qu’il ressent.

 

Source : Psychologie Positive Magazine juillet/aout 2018

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂