Les enfants voient. Les enfants apprennent. Message d’intérêt public

Les enfants nous regardent et nous imitent. L’exemplarité est par conséquent le premier outil éducatif pour tous les parents.

 

 

Ce que nous disent les sciences

 

En regardant quelqu’un sauter en l’air, servir au tennis ou shooter dans un ballon, nous activons les neurones correspondants de notre cortex prémoteur. Les grands sportifs utilisent des méthodes de visualisation de la victoire pour entraîner leur système nerveux à mieux atteindre celle-ci.

Les neurones miroirs nous préparent à l’action en renforçant les voies neuronales de notre cerveau moteur. Plus nous répétons l’activation d’une voie, même par simple imagination, plus cette voie se renforce et plus le geste auquel elle correspond va devenir facile.

Ce mimétisme neuronal passe le plus souvent par la fonction visuelle.

Mais l’effet miroir peut aussi passer par les autres sens. Ainsi, si on entend un bruit de pas sur un parquet, les neurones moteurs des muscles de nos jambes vont s’activer comme si nous marchions.

La fonction miroir est synesthésique (elle passe par plusieurs sens à la fois). Dans la vidéo, les enfants grimacent et ressentent même un goût désagréable.

Les neurones miroirs sont à l’origine de notre système psychique.

C’est par l’imitation, dès notre naissance, que nous avons sculpté nos voies neuronales pour créer des automatismes de fonctionnement.

Le rôle des neurones miroirs a même débuté dès les derniers mois de la vie foetale. C’est le cas au niveau gustatif. Si la future maman apprécie la cuisine du Midi avec beaucoup d’ail, le bébé l’appréciera aussi.

Idem pour la musique. Le foetus de 7 mois entend déjà correctement bien que le son soit légèrement modifié à cause du liquide amniotique. Le style musical ou les sons particuliers entendus alors auront un effet apaisant pour le futur bébé.

Après la naissance, le plein potentiel des neurones miroirs s’expriment au fur et à mesure que la vision s’améliore. Le développement du bébé se fait par l’observation et le recoupement d’informations liées par exemple au contexte. Ainsi, le froncement de sourcil de la maman provoquera les larmes du bébé car l’association avec le mécontentement de sa mère sera faite.

(source)

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂