Comment apprendre la politesse aux enfants

“Bonjour”, “Merci”, “S’il-te-plait”, demander pardon,  ne pas interrompre, ne pas proférer de gros mots, regarder dans les yeux quand on discute, avaler la nourriture avant de parler, …

La politesse est à la fois un trait de caractère et une habileté sociale. Les enfants l’acquièrent par l’identification à des parents qui sont donc logiquement eux-mêmes polis et qui démontrent qu’il y a des règles à respecter. (cf “Entre parent et enfant” de Dr Haim Ginott).

Et l’argument “Moi, je suis un adulte. J’ai le droit de dire des gros mots/de te couper la parole/ d’exiger un service/…” n’est absolument pas recevable. Ceci impliquerait qu’une autorité quelconque et omnisciente est capable d’accorder ou de retirer des droits de politesse en fonction de l’âge ou d’autres critères…

La politesse est par conséquent une discipline dont les parents et adultes sont les premiers ambassadeurs. Elle s’enseigne par l’exemple.

Ainsi, “Merde, t’es débile ! Arrête d’insulter ta soeur !” est une phrase absurde…

Traiter un enfant d’impoli en public ou en privé est impoli (en plus de l’affubler d’une étiquette tenace et négative).

Comme le fait de CRIER pour ordonner à enfant de cesser de crier…

Ou encore de le menacer/punir/frapper/… tout en lui intimant de ne pas taper. Mais c’est un autre sujet.

 

Les règles de politesse chez soi et chez les autres

Quid des règles de politesse lorsque nous sommes chez quelqu’un d’autre ?

Par exemple, si à la maison il est autorisé de sauter sur le canapé mais que chez mamie c’est interdit ?

Haim Ginott nous indique que la responsabilité des parents est de veiller à ce que les règles du lieu où on se trouve soient respectées. Donc, les canapés sont uniquement destinés au repos chez Mamie (notez la formulation positive au lieu de l’interdit). Le problème est que souvent les règles sont naturelles et tacites chez la personne qui accueille alors que les visiteurs n’ont pas de mode d’emploi en arrivant. Cette personne qui accueille devra donc peut-être demander clairement ce qu’elle attend, distribuer un tract informatif ou inviter les visiteurs à consulter l’affiche des règles de la maison placardée dans l’entrée. 🙂

Idem à l’école, les règles sont différentes de celles pratiquées à la maison. Ce qui demande une certaine flexibilité de la part des enfants.

Retenons que les règles de politesses ont une part de subjectivité qui est idéalement bornée par le degré de confort de chacun .

 

Aider les enfants à se familiariser avec la politesse

Outre l’exemple parental qui pèse bien 90% dans l’acquisition de la politesse, nous pouvons aider les enfants avec d’autres astuces :

  • formuler une règle (au lieu d’un interdit)
  • ne pas humilier lorsque quelqu’un ne respecte pas la règle mais permettre de réparer (en s’excusant par exemple)
  • fournir des “trucs” comme celui-ci pour éviter d’interrompre une conversation
  • discuter des règles de politesse en évoquant le ressenti de personnages d’un livre/d’un  dessin animé/…
  • se servir de l’empathie et questionner à l’avance pour préparer aux situations : “admettons que quelqu’un fasse cela devant toi, que ressens-tu ?”
  • remarquer en décrivant ce que l’on voit/entend quand un enfant fait preuve de politesse ainsi que les effets produits par cet acte de politesse  (“J’ai remarqué que tu as dit “merci” lorsque le monsieur t’a tenu la porte. Il t’a souri en retour.”)
  • faire des jeux de rôle avec ou sans jouets/poupées/peluches/… : jouer à la marchande, faire semblant d’être à table avec des personnes inconnus,…

Inspiration : « Entre parent et enfant » de Dr Haim Ginott est disponible sur amazon.fr, cultura.com et chez votre libraire.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂