5 phrases pour instaurer la confiance et la sécurité intérieure chez les enfants

Phrases pour instaurer la confiance et la sécurité intérieure chez les enfants

fais toi confiance audio“Fermez les yeux et faites le silence à l’intérieur de vous. Respirez. Comment vous sentez-vous ? Est-ce agréable ? Êtes-vous capable de rester un long moment ainsi, en votre seule compagnie ? Éprouvez-vous de la confiance en l’avenir ? De l’enthousiasme pour le futur ? Avez-vous l’impression que vous construisez votre vie ? Que vous menez des projets qui ont du sens ?”

Ces questions sont essentielles car elles définissent notre sécurité intérieure, qui est , selon Isabelle Filliozat, le premier stade de la confiance. C’est une sensation physique qui s’est élaborée au contact de nos parents.

Si cette confiance fait défaut, nous avons le sentiment de ne pas être “solide”, de ne pas avoir notre place, ni être accepté.

En revanche, si elle est présente, nous sentons comme une protection qui nous pousse à aller de l’avant, à nous épanouir, à explorer,…

Isabelle Filliozat insiste sur la première année de vie d’un bébé, alors qu’il est complètement dépendant. S’il se sent protégé et aimé, il va construire une confiance naturelle. Cette confiance s’érige donc par des contacts physiques chaleureux et répétés (cododo, allaitement, portage,…).

Des évènements peuvent ébranler cette confiance naissante. Par exemple si un bébé pleure seul dans sa chambre, il sera terrorisé au bout de 8 minutes.

Les bébés qui ont manqué de ces rapports authentiques de la part de leurs parents auront tendance à devenir des adultes dépendants du contact avec les autres  et ne supporteront pas la solitude. Ils courront après des divertissements qui la leur feront oublier (radio, TV, …) ou des “objets transitionnels” (cigarette, alcool, travail, drogue, le shopping, religion, etc.).

papapositive.fr-3

Pour restaurer notre confiance de base

Pour restaurer notre confiance de base, Isabelle Filliozat conseille de pratiquer un exercice 10 minutes par jour pour être en lien avec soi et prendre soin de notre enfant intérieur.

Cette séance d’introspection débute par de profondes respirations, à l’image de la méditation ou de la cohérence cardiaque.

“Maintenant, visualisez cet enfant intérieur qui a une carence affective, écoutez-le, réconfortez-le, prenez-le doucement dans vos bras. Accordez-lui l’attention dont il a manqué, remplissez son réservoir d’amour.”

Dites-lui :

“je t’aime”,

“tu existes pour moi”,

“tu es important pour moi”,

“tu es le bienvenu”.

 

Autres idées, les arts martiaux, la méditation ou l’expression artistique sont des activités qui aident à avancer et à retrouver la sécurité intérieure.

Soulignons également l’importance d’être entouré de personnes bienveillantes prêtes à nous écouter et nous soutenir.

 

En tant que parents

Cette réinstauration de la confiance de base est évidemment primordiale. Ne serait-ce que pour ne pas transmettre ce déficit à nos enfants.

La première étape est donc de se sécuriser personnellement en s’adressant à notre enfant intérieur.

La seconde étape, parallèlement, est de tirer profit de cette approche pour faire bénéficier nos enfants des réflexes qui construisent cette sécurité intérieure. Ainsi, Isabelle Filliozat conseille de pratiquer des contacts physiques réguliers telles que des massages, des câlins, etc.

Pour la communication, il s’agit de s’exprimer en pleine conscience, sans juger et d’offrir les messages comme ceux listés plus haut :

“Je t’aime”.

“Tu es important pour moi”.

“Tu existes pour moi”.

“Tu es à ta place”

“Tu as le droit d’être toi”.

 

Voici un exercice de visualisation inspiré de ce livre pour renforcer le sentiment de confiance intérieure : La cabane de confiance

  • demandez à votre enfant d’imaginer une cabane où il se sentirait totalement en sécurité. Aidez-le à décrire exactement comment il la voit ( aménagement, meubles, fenêtres, etc.). Rajoutez des détails comme : « je vais te donner un papier plié en quatre sur lequel j’ai écrit « je t’aime » (signé « maman » ou/et « papa »). Comme ça tu pourras le garder dans un petit coffre que tu rangeras/cacheras dans ta cabane. »
  • à la fin de cette étape, dites à votre enfant qu’il peut garder cette cabane dans sa tête et s’y réfugier lorsqu’il a besoin de se sentir en sécurité. Cela lui donnera de la force.
  • faites vivre cette cabane spéciale au fil des jours : demandez-lui s’il va faire le nettoyage de printemps, si des oiseaux lui rendent visitent, s’il va rajouter une étagère pour mettre un pot de fleur ou un livre qu’il aime, etc.

 

 

J’espère que cet article vous a aidé. N’hésitez pas à le partager pour en faire bénéficier votre entourage.

Merci.

 

 

Source : “Fais-toi confiance” d’Isabelle Filliozat.

Ce livre existe en version papier (5,99€ sur amazon) :
fais toi confiance

bouton simple amazon

Ou audio (lu par Claire Benoit) (16€ sur Amazon)

fais toi confiance audio

bouton simple amazon

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂