C’est quoi, être un parent exemplaire ?

Je souhaitais partager avec vous cette émission de la “Maison des Maternelles” à propos de l’exemplarité des parents. Attention, il est ici question d’exemplarité et non de perfection (qui n’existe pas).

Exemplarité n’est pas perfection

Quoi que nous fassions, nous sommes les premiers exemples des enfants (mais ils sont exposés à de nombreux autres !). Nous pouvons difficilement transmettre des valeurs que nous ne possédons pas, ou alors en faisant semblant. Mais dans ce cas, ce manque d’authenticité ressortira un jour ou l’autre et l’enfant sentira qu’il y a une dissonance.

Si nos enfants nous imitent et que nous désapprouvons ce que nous voyons, il est intéressant de saisir cette chance pour modifier nos habitudes et progresser ensemble.

Nous avons des miroirs vivants devant nous, c’est une fantastique opportunité pour ajuster notre style d’éducation et notre manière d’être !

Un point important est souligné par la journaliste : se donner le droit à l’erreur.

Je trouve cela essentiel dans la mesure où l’enfant, lui aussi, se donnera ce droit et sera capable à la fois de faire preuve d’audace, d’initiative et de tirer profit des leçons de ses expériences.

De plus, ce droit à l’erreur accompagne des démarches responsabilisantes comme réparer ou s’excuser.

Les neurones miroirs 

Parfois on se complique la vie à essayer de chercher des mots pour expliquer certains concepts essentiels aux enfants alors qu’il suffirait…de leur montrer.

Les enfants sont en effet des imitateurs nés. La faute, peut-être à ces neurones appelés « miroirs ».

Regardez :

Dans tous les cas, cette capacité est particulièrement pratique car, associée à l’imagination, elle permet de transmettre aux enfants des modèles de comportement à copier pour le meilleur et pour le pire…

En effet, on s’approche du noyau du problème en évoquant le comportement car ils sont essentiellement INCONSCIENTS. C’est à la fois une force et une faiblesse de notre belle machine que l’on appelle CERVEAU.

Afin de passer du mode automatique au mode conscient et d’ainsi corriger nos erreurs de comportement (afin d’éviter qu’elles soient dupliquées, ô malheur !, par nos enfants), il faut basculer en mode « pleine conscience » quelques instants par jour.

Le mode « pleine conscience » signifie que nous prêtons une attention totale à ce que nous faisons ici et maintenant. Nous débusquons ainsi les automatismes, habitudes et autres grimaces bien involontaires…

 

L’ exemplarité pour apprendre à vivre avec les autres

Tags:
Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂