Le bonheur, ça s’apprend dès la naissance !

Les fondements du développement émotionnel des enfants sont basés sur leur relation avec leurs parents. Grâce aux bons soins et à l’attention qu’ils reçoivent à travers des interactions positives avec les adultes, les enfants apprendront à :
utiliser des mots pour exprimer leurs sentiments
comprendre les émotions des autres
traverser leurs émotions désagréables face à des situations difficiles
affronter leurs peurs face à l’inconnu
se calmer lorsqu’ils sont en détresse
maîtriser leur colère
apprendre de leurs erreurs

En étant réconforté et accompagné face aux émotions qu’ils ressentent et grâce à un lien d’attachement solide avec leurs parents, les enfants pourront développer leur confiance et être plus apte à communiquer leurs besoins et comprendre ceux des autres.

Source : Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants

 

Complément : l’avis de Christophe André

Selon Christophe André, il existe trois façons d’ouvrir la route du bonheur à ses enfants.

Il faut :

–  les aimer, car l’amour des parents est le premier facteur de développement du bonheur.

– leur montrer l’exemple 

– prendre le bonheur au sérieux et en parler avec eux.

 

Les deux questions essentielles

Dans cet apprentissage du bonheur, deux questions doivent dicter nos actes en tant que parents :

« Que faisons et disons-nous quand tout va bien ? »

« Que faisons et disons-nous lorsque des problèmes surviennent ? »

 

Une chose est sûre, nous sommes les premiers modèles de nos enfants. Ces questions permettent de prendre conscience de certains comportements automatiques qui contribuent ou pas à l’image du bonheur que nous leur inculquons.

 

Les comportements pro-bonheur :

– se réjouir, se détendre, savourer les instants de loisir et de plaisir.

– exprimer clairement qu’on savoure des instants de bonheur.

– dans les moments stressants, faire de l’humour ou relativiser.

– chercher des solutions plutôt que s’arrêter sur les problèmes (agir au lieu de gémir).

– parler du bonheur aux enfants.

– énoncer régulièrement sa gratitude.

 

Les comportements anti-bonheur :

– ouvertement inquiets et préoccupés au point de ne plus être disponible pour les loisirs et les plaisirs.

– exprimer des propos négatifs ou des propos limitants pendant les bons moments (« ça ne va pas durer »)

– se focaliser sur les soucis quotidiens et s’empêcher de profiter tant qu’il y en aura.

– parler de manière pessimiste du bonheur :  » profite de ton bonheur, tu perdras vite tes illusions ».

– juger, comparer, critiquer, étiqueter…

 

Source : « Vivre Heureux » de Christophe André

EnregistrerEnregistrer

Tags:
Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.