“Vous êtes tous mes préférés” : un livre-outil autour de la jalousie

Il était une fois une maman ourse, un papa ours et trois oursons. Chaque soir, Papa Ours ou Maman Ourse venait les border en disant toujours la même chose : “vous êtes les plus merveilleux oursons du monde !”

Mais un soir, les trois oursons se mirent à se poser des questions. “Lequel de nous trois Papa et Maman aiment-ils le plus ?”

vous êtes tous mes préférés

Voici la trame de ce livre écrit par Sam Mc Bratney & Anita Jeram.

J’aime cette idée de rassurer les enfants sur l’amour que leur portent leurs parents dans une fratrie. Il est essentiel d’engager ce type de dialogue sur le fait que l’attachement parent/enfant est, restera et ne diminuera pas au sein d’une famille, quelle que soit sa taille.

Le hic, et c’est la première fois que je porte une critique de ce type sur un album jeunesse, c’est qu’il y a énormément d’étiquettes et de suggestions de comparaisons (y compris dans le titre). Et du coup, comme nous sommes résolument optimistes (oh une étiquette !), nous allons transformer ce défaut en force. D’ailleurs, les interactions oursons/papa et maman ours, nous offrent cette occasion :

Lorsque Maman Ourse dit “Vous êtes les plus merveilleux du monde”, un ourson rétorque : “comment le sais-tu que nous sommes les plus merveilleux du monde ?”

La maman répond “Parce que votre papa me l’a dit. Quand votre papa vous a vus la nuit où vous êtes nés, il a dit, je m’en souviens parfaitement : Ce sont les plus beaux bébés ours que j’aie jamais vus.”

Et la narration continue “C’était une bonne réponse.”

Mais…cette réponse n’en est pas une si bonne que cela car le premier ourson se questionne toujours sur le fait que les deux autres ne soient pas mieux que lui.

Le deuxième ourson fait de même : “peut-être son papa aimait-il davantage ses deux frères ?”

Le troisième ourson est aussi dubitatif si bien qu’ils s’adressent tous les trois à leur père : “Qui est ton chouchou ? Nous ne pouvons pas tous être le préféré ?”

préférés

Et là, Papa Ours évoque Maman Ours : “Quand maman t’a vu, elle a dit “c’est le premier ourson le plus parfait qu’on ait jamais vu !” Même constat pour le deuxième et le troisième ourson qui étaient aussi parfaits.

Bref…

Cet album jeunesse est intéressant à décortiquer et surtout à corriger.

Selon moi, il est nécessaire de garder la première partie et les comparaisons/étiquetages/évocation de l’avis de l’autre parent un brin maladroits des parents car ils n’effacent pas les doutes des oursons…au contraire.

“Tu es merveilleux

“Le plus…que”

“je le sais car ton père/ta mère a dit…”

 

Je favoriserais plutôt un discours parental à la première personne du style “j’aime te regarder …”.
J’enlèverais aussi toute notion d’amour conditionnel induite par les comparaisons et les étiquettes en préférant “Je t’aime tel que tu es et il en sera toujours ainsi.”

Je distribuerais des signes d’attention sur un mode descriptif sans jugement pour encourager le développement et les efforts au rythme de chacun : “j’ai vu que tu as grimpé à cet arbre après t’être entrainé plusieurs jours.”

J’écouterais les émotions : “je comprends que l’arrivée/la présence de ton petit frère te bouleverse. Que tu ressens peut-être de la tristesse, de la peur ou de la colère. Es-tu d’accord pour en parler ?”

Je renforcerais la confiance en soi avec les phrases présentes dans cet article.

Enfin, je confirmerais que l’amour se multiplie et ne peut pas se diviser. 🙂

 

En complément :

 

“Vous êtes tous mes préférés” est disponible sur amazon, chez votre libraire ou dans la bibliothèque près de chez vous.

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂