Communication positive : 12 phrases à adopter pour faciliter la parentalité

Les mots et expressions sont de puissants outils dans la communication parent-enfant. Ainsi ils peuvent soit nous servir, soit nous desservir quand nous les utilisons sans connaitre la manière dont nos interlocuteurs perçoivent le message.

Si nous disons par exemple « Ne crie pas ! », le cerveau des enfants percevra le mot principal à la forme affirmative : Crie…

De la même façon, dire « Dépêche-toi » à un enfant qui n’a pas la notion du temps est un brin…inefficace.

Si vous avez envie de gagner du temps et de diminuer le stress de toute la famille, je vous invite à suivre les conseils d’Audrey Zucchi qui a regroupé dans son livre « Une journée Montessori » les expressions clés, celles que nous utilisons souvent sans en prendre conscience et qui méritent d’être remplacées.

Prêt à tester ?

 

« Ne va pas sur la route, c’est dangereux » (formulation négative) deviendra « Sur le trottoir, tu es en sécurité » (formulation positive + information).

 

« Arrête de taper ! » (ordre + formulation négative)  deviendra « Stop ! » ou « Les petites mains sont faites pour caresser » (formulation positive + règles)

 

« Moins de bruit ! » (ordre vague) deviendra « Je suis fatigué, puis-je avoir du calme 5 minutes ? » ou encore « J’ai besoin de me concentrer. » (verbalisation émotionnelle avec un message « je » + besoin + demande)

 

« Attention tu vas tomber ! » (prophétie auto-réalisatrice) deviendra « Comment pourrais-tu t’y prendre pour rester debout ? » (question pour encourager la réflexion et l’autonomie)

 

« Dépêche-toi ! » (ordre) deviendra « C’est toi qui active le Timer ? » « On décolle quand la musique se termine ! » (responsabilisation + jeu musical)

 

« C’est rien, ça va… » (minimisation émotionnelle) deviendra « Où as-tu mal ? »,  « As-tu eu peur ? » (empathie + aide à la verbalisation émotionnelle)

 

« N’aie pas peur ! » (minimisation émotionnelle) deviendra « Ta peur est grosse comment ? Comme une pomme ? Comme une planète ? » ou « Voyons ensemble quelle est l’origine de cette crainte. » (empathie + imagination + écoute active)

 

« Que tu es maladroit(e) ! » (étiquetage) deviendra « Tu n’as pas réussi pour le moment. Je vois tes efforts. » ou « Tu as besoin de quoi pour nettoyer cette eau renversée ? » (renforcement positif + encouragement + réparation/responsabilisation)

 

« Arrête ce caprice immédiatement ! » (ordre + interprétation erronée) deviendra « Je vois que tu ressens de la colère ? que tu es énervée ? De quoi as-tu besoin ? » (verbalisation émotionnelle + besoin)

 

« Allez, à la douche ! Ne m’oblige pas à le répéter » (ordre + menace) deviendra « Tu préfères utiliser le gant jaune ou le gant vert ce soir à la douche ? » ou « Tu as besoin d’un bon bain ce soir avec les aventures que tu as vécues aujourd’hui ! »  « Dès que tu auras pris ta douche, nous lirons une histoire » (choix + logique+chronologie)

 

« Si tu ranges ta chambre, on ira au parc » (chantage) deviendra « Dès que tu auras rangé ta chambre, nous irons au parc » ou « Souhaites-tu commencer à ranger ce côté ou ce côté ? » (chronologie + choix)

 

« Ne touche pas à ça, c’est fragile !  » (ordre+ formulation négative) deviendra « Je préfère te montrer comment manipuler cet objet fragile. » (faire ensemble)

 

 

A lire  : « Une journée Montessori » d’Audrey Zucchi est disponible sur

 

Tags:
Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂