Les 5 C des règles efficaces (pour remplacer les interdits dans l’éducation)

Lorsque vous ouvrez la boite d’un jeu de société, préférez-vous plutôt lire les règles ou savoir tout ce qui est interdit ?

D’ailleurs, est-il possible de jouer en ne connaissant que les interdits ?

Difficile, n’est-ce pas ?

Pour un enfant, les interdits sont encore plus compliqués à appréhender car leur cerveau ne leur permet pas encore d’inhiber des gestes par la pensée. « Réfléchir à CE QUE JE NE DOIS PAS FAIRE » est une épreuve intellectuelle qui nécessite une plus grande maturité (au-delà de 6 ans).

C’est pour cette raison qu’il est préférable de s’exprimer devant les enfants en :

  • leur indiquant positivement ce que nous attendons d’eux « Marche lentement s’il te plait » (voir ce tableau)
  • en utilisant des règles : « La règle quand nous rentrons dans la maison est de retirer nos chaussures »

Ces deux principes paraissent peut-être évidents sur le papier mais leur application concrète est loin de l’être !

En effet, nous, parents/adultes, avons été inondés par les interdits et autres injonctions contraires. Donc nous avons appris à réfléchir ainsi et à nous accommoder (ou pas) de nos croyances limitantes (croyances qui nous brident souvent et parasitent notre épanouissement). D’autant que le cerveau a un léger défaut : il retient plus facilement ce qui est potentiellement une source de danger qu’une source de plaisir (mais cela ne déclenche pas forcément le comportement adéquat).

Bref, simplifions-nous la vie et orientons notre attention sur l’élaboration de ces règles car elles représentent un précieux outil éducatif pour peu qu’elles soient établies en collaboration avec l’enfant.

Les 5 C des règles efficaces

Dans son excellent livre « Mon enfant a du caractère », Marina Failliot-Laloux nous donne des clés pour établir des règles qui fonctionnent. Elles sont au nombre de 5.

 

Claires 

Adaptez vos phrases à l’âge de l’enfant afin qu’il n’y ait pas de place à l’interprétation. Vous pouvez aussi employer des dessins ou schémas.

Concrètes

Expliquez le comportement attendu, non le comportement à éviter.

Constantes

Ne faites pas varier les règles et leurs conséquences selon votre humeur.

Cohérentes

Adaptez-les en fonction de l’âge et des capacités de votre enfant et veillez à ce que tout le monde applique ces règles (y compris les adultes donc).

Conséquentes

Si une règle est transgressée, les conséquences doivent être liées au comportement indésirable (il ne s’agit pas de punitions mais de conséquences logiques). N’assimilez pas votre enfant à ses actes (donc supprimez : il a menti : c’est un menteur / il a tapé : il est méchant) et aidez-le à assumer ses responsabilités, à comprendre son erreur et à se corriger (en réparant ou s’excusant par exemple).

 

Des exemples de règles

Pour fixer les idées, voici des exemples. Notez qu’il y a aussi des images (car elles marquent plus la mémoire).

Ces images peuvent être remplacées par les dessins de votre enfant. Cela sera ainsi l’occasion de vérifier que les règles sont comprises et cohérentes pour lui.

 

Enfin, pratiquez le renforcement positif :

Une règle est appliquée avec succès ? Remarquez-le oralement pour graver ce nouveau comportement !

Source : « Mon enfant a du caractère » de Marina Failliot-Laloux

Disponible sur :

Tags:

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂