Le « moment humain » : un don d’attention vital pour les enfants

Il est un élément essentiel qui permet de construire la confiance et l’appréciation de la proximité relationnelle : la capacité à accorder une pleine attention.

Le professeur à l’école de médecine d’Harvard Edward Hallowell a nommé ce temps d’attention accordé à l’autre le « moment humain« .

C’est un un temps de présence physique et d’attention à autrui et aux échanges avec celui-ci. Il ne doit pas être d’une durée très importante puisqu’on évoque seulement quelques minutes pour générer un sentiment de satisfaction relationnelle. 

En ce qui concerne la parentalité, des recherches ont montré que 10 minutes d’attention continue accordées à l’enfant augmentent la qualité de l’attachement de l’enfant et du parent et permettent de prévenir plus tard les conduites à risque de l’adolescent.

 

Qu’est-ce que réellement accorder son attention ?

« Accorder de l’attention continue, cela veut dire mettre de côté tous les écrans (téléphone, iPad, ordinateur, etc.) et aussi éteindre toutes les sources de musique ou de bruit (ne pas écouter la radio d’une oreille…). On s’assoit simplement à côté de son enfant pour être vraiment présent avec lui.
Cela peut paraître simple, mais nous sommes souvent confrontés à un problème de temps, que ce soit en milieu scolaire ou en famille et nous avons toujours des tâches urgentes à réaliser, auxquelles nous sacrifions ces temps d’échange calme, ou bien que nous gardons en tête pendant que nous sommes avec autrui.
Pourtant, prendre ce temps est essentiel pour cultiver la relation. » cf 

 

Ces temps d’attention cumulés sont un besoin qui nourrit le sentiment de proximité relationnelle, éloigne le sentiment d’isolement, renforce l’appartenance au groupe et améliore la santé mentale et physique. Si ce besoin d’attention n’est pas satisfait, cela produit l’effet inverse (avec notamment une dégradation du bien-être et de la santé mentale et physique).

C’est pour cette raison que notre organisme vit comme une profonde douleur les situations d’exclusion sociale.

 

Source : « Ces liens qui nous font vivre » de Rébecca Shankland et Christophe André 

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.