La validité de la pédagogie Freinet selon les neurosciences

Dans un article rédigé par le professeur de psychologie Olivier Houdé dans le magazine Cerveau & Psycho n°116, la pédagogie Freinet est analysée à la lumière des neurosciences.

Cette pédagogie a pour principe de s’appuyer sur la vie réelle des élèves. Son instigateur, Célestin Freinet croyait en l’élan vital des enfants structuré par le travail cognitif.

L’enseignement est organisé en ateliers individuels ou collectifs où les matières sont apprises par tâtonnement expérimental : jardinage, menuiserie, peinture, comptabilité,…

Ce qui compte est le “bain de vie”, de l’action, l‘apprentissage par la pratique.

Pendant les réunions matinales, les enfants racontent leur quotidien ou expriment leurs envies qui sont transformées en projets concrets dans la mesure du possible.

Ils pratiquent aussi le “texte libre” qui consistent à écrire ce qu’ils veulent seuls ou en groupe.

Puis certains textes sont choisis pour être imprimés dans le journal scolaire. Ce journal est ensuite diffusé aux autres classes.

Oliver Houdé a pu noter une forte motivation des enfants car ils apprécient s’exprimer librement et être écoutés dans leurs intérêts et passions.

Chaque élève a un plan individuel de travail avec des objectifs et des tâches à accomplir.

Les contrôles de connaissances sont effectués en auto-correction. L’enfant évalue ainsi son propre apprentissage (dont il est parfaitement acteur).

Ces fiches auto-correctives sont complétées par une appréciation portant sur la discipline, la propreté et la vie communautaire.

L’aspect collaboratif est très développé au sein de la classe mais aussi vers d’autres écoles, par jumelage.

 

Olivier Houdé, auteur de “l’école du cerveau” confirme que la pédagogie Freinet est efficace selon le point de vue des neurosciences. Le système du tâtonnement expérimental et de l’engagement actif  pour apprendre est efficace selon les résultats d’une récente étude menée par le biologiste Scott Freeman. L’enfant cultive sa curiosité, fait des erreurs, ajuste ces gestes et ainsi consolide peu à peu son apprentissage. La mémorisation est stimulée par le plaisir ressenti par la diminution progressive de l’erreur et l’obtention du résultat final .

 

Quant à l’application de la pédagogie Freinet dans le public, un test concluant a été mené dans une école primaire d’une banlieue lilloise défavorisée pendant 5 ans par Yves Reuter. “Cette méthode a amélioré de façon spectaculaire les performances des élèves notamment dans la qualité du langage et les textes écrits.”  Autre résultat remarquable : les violences et les incivilités ont disparu et les élèves les plus faibles ont pu s’intégrer grâce au pan collaboratif de la pédagogie Freinet.

 

Si le sujet vous intéresse et pour plus de détails, je vous invite à lire “Cerveau & Psycho décembre 2019” qui aborde aussi la pédagogie Montessori.

 

Le livre d’Olivier Houdé “L’école du cerveau” est également une mine d’informations passionnantes.

Tags:
Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂