Comment identifier un trouble du déficit de l’attention et de l’hyperactivité chez l’enfant

Un enfant est naturellement actif et « vivant » ! S’il bouge sans cesse, s’il se montre impulsif, il ne s’agit peut-être pas d’hyperactivité. Des évènements compliqués et douloureux tels qu’un deuil, un divorce, un changement d’école, un déménagement,…peuvent générer un déficit de l’attention et de l’impulsivité temporaires.

La recommandation que nous donnent Christelle Chantreau-Béchouche et Morgane Carlier, les auteures du livre « Dys, TDAH, EIP Le manuel de survie pour les parents (et les profs) est d’avoir une période d’observation d’environ 6 mois pendant lesquels les symptômes ne disparaissent pas. Puis, il sera alors temps de faire passer à l’enfant des bilans avec un spécialiste (ORL, orthophoniste, psychologue, neuropsychologue, neuropédiatre, ergothérapeute,…) .

Les 3 facettes du TDAH

3 axes sont à prendre en compte pour le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité.

  • Le déficit attentionnel : l’enfant est rêveur, tête en l’air, désorganisé, il a du mal à se concentrer sur une tâche. Le moindre bruit attire son attention. Il a aussi parfois une hypersensibilité sensorielle (bruit, toucher, odorat,…).
  • L’impulsivité verbale et motrice : l’enfant se montre impatient, répond sans réfléchir, … Il n’apprend pas de ses erreurs. Il arrive qu’il devienne agressif verbalement. Mais il regrette ses actes bien qu’il ne parvienne pas à les réguler. Ceci provoque une baisse de l’estime de soi et il a un grand besoin d’être rassuré.

Quant à l’enfant hyperactif, il est dans le mouvement perpétuel et ne sait pas mesurer le danger. Il n’a pas de limite à l’exploration des lieux et des objets.

 

Troubles associés

Un enfant souffrant d’un trouble de l’attention associé ou non à de l’hyperactivité peut avoir des troubles associés ou « comorbides ».

Ils comprennent :

  • des sautes d’humeur
  • des difficultés relationnelles
  • de l’insatisfaction chronique
  • un déséquilibre émotionnel
  • de l’isolement
  • de la colère
  • de la dépression

Les conséquences dans la scolarité

Les conséquences possibles du TDAH sont la phobie scolaire, l’anxiété sociale et/ou l’anxiété de séparation.

 

Aider un enfant TDAH à la maison

Pour aider un enfant avec un trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité, nous pouvons :

  • Fixer des repères (règles, rituels, codes couleur pour les cahiers et affaires, rangements distincts et identifiés, planning annoncé à l’avance,…)
  • Déterminer des endroits précis dans la maison : un endroit pour les clés, des « parcours » avec un point de départ et d’arrivée,…)
  • Lui offrir des objets tels que des coussins d’équilibre (maintienne en mouvement), hand-spinners pour occuper les mains, Time Timer pour gérer son temps visuellement, …
  • Ambiance apaisée : Bruits blancs pour faciliter le sommeil, veilleuse, exercices de respiration, yoga, sophrologie, …
  • Pratiquer des sports aériens ou des arts martiaux : trampoline, karaté,…
  • Des plantes sont aussi un remède naturel efficace : valériane, passiflore (apaisement), aubépine (calme l’anxiété), scutellaire (tics nerveux),…

 

Aider un enfant TDAH à l’école

Voici quelques astuces pour aider un enfant avec un TDAH à l’école

  • l’appeler par son prénom avant de lui parler
  • lui donner des responsabilités en classe
  • classer les matières avec des couleurs spécifiques
  • lui offrir des temps de décrochage et de mouvement

 

Pour finir, je vous conseille d’acquérir ce « Manuel de survie pour les parents (et les profs) » qui contient de nombreuses pistes concrètes et le nom des professionnels à contacter pour accompagner nos enfants dys, TDAH, EIP,… »

Disponible sur :

 

 

Tags:,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂