Accepter l’enfant tel qu’il est lui permet de changer

Il y a des risques à REFUSER l’enfant tel qu’il est car cela l’empêche de changer. 

C’est ce que nous explique Thomas Gordon dans son livre “Éduquer sans punir“.

Nous croyons souvent à tort que les enfants n’évolueront uniquement lorsque nous pointerons leurs défauts. C’est pour cette raison que les adultes émettent régulièrement des “messages de correction” en jugeant, critiquant, faisant la morale, insultant, blâmant, menaçant, commandant,…

Ces attitudes reflètent la NON-ACCEPTATION de l’enfant.

Or, un enfant ou un adulte qui ne se sent pas accepté tel qu’il est, ne pourra pas changer son comportement car il luttera déjà pour être accepté…

 

Les 12 obstacles à l’acceptation 

Thomas Gordon liste 12 façons de ne pas accepter un enfant tel qu’il est dans le contexte scolaire :

  1. Ordonner, commander, exiger : “Fais tes devoirs tout de suite !”
  2. Menacer, mettre en garde : “Si tu ne fais pas ça, tu vas voir…”
  3. Faire la morale : “Tu as de la chance de pouvoir aller à l’école !”
  4. Conseiller, donner des solutions : “Moi à ta place, …”
  5. Argumenter, donner des faits : “Si tu n’a pas une bonne note, tu ne pourras pas choisir la meilleure filière”
  6. Juger, critiquer, blâmer : “Tu es un vrai bébé ! Grandis un peu !”
  7. Complimenter : “Tu as toujours été un bon élève”
  8. Étiqueter, ridiculiser : “Tu es idiot.e”
  9. Interpréter, analyser : “Tu n’aimes pas faire des efforts…”
  10. Rassurer, consoler : “Je sais ce que tu ressens mais tu aimeras mieux l’école l’année prochaine”
  11. Enquêter, questionner : “Que feras-tu sans éducation ? comment gagneras-tu ta vie ?”
  12. Esquiver, distraire : “Et le basket-ball, comment ça se passe en ce moment ?”

 

3 façons de montrer son acceptation

 

  1. Ne pas intervenir 
    L’idée de la non-intervention est de laisser l’enfant ou l’adolescent prendre la mesure de son expérience et puisse prendre des décisions en autonomie. C’est ainsi qu’il s’entraînera à trouver des solutions à ses problèmes. La non-intervention n’est pas de l’ignorance.
  2. L’écoute 
    Montrer à l’enfant qu’on l’accepte consiste aussi à demeurer silencieux ou en donnant des petits signes d’écoute pendant qu’il exprime ses sentiments ou expose son problème. L’adule adopte une posture ouverte et en regardant avec intérêt.
  3. L’écoute active
    L’écoute active consiste à comprendre d’abord le message de l’enfant puis en reflétant avec ses propres mots le message de l’enfant afin de montrer qu’il l’a bien compris. Je vous invite à lire cet article sur l’écoute active.

 

Ces 3 façons sont loin d’être naturelles pour nous, adultes, habitués à juger, interpréter, … mais apprendre à écouter et accepter s’avère profitable pour l’apprentissage des enfants et le renforcement de la confiance entre adulte et enfant.

 

Source: 

“Éduquer sans punir” de Dr Thomas Gordon (disponible sur Decitre.fr et chez votre libraire)

Tags:
5 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂