Les 5 secrets du succès de l’école finlandaise

Dans son livre “Sisu, l’art finlandais du courage”, Joanna Nylund nous confie les 5 secrets de l’efficacité du système scolaire finlandais (5ème au classement Pisa alors que la France est 26ème) .

Les voici :

  1. Toutes les écoles se valent
    La plupart des enfants fréquentent leur école de quartier (gratuite et proche de leur lieu de vie) et les établissements privés sont rares. Ceux qui existent ont le même niveau d’excellence que les établissements publics.
  2. L’enseignement est une profession tenue en haute estime
    En Finlande, tous les enseignants sont titulaires d’une maitrise dans leur discipline. Les salaires reflètent cette exigence et l’enseignement est une profession très respectée.
  3. Chacun a droit à une éducation de qualité 
    Les enfants doués étudient avec ceux qui ont des difficultés dans une saine collaboration.
  4. Les enfants reçoivent un soutien individuel
    Un enfant qui a des difficultés d’apprentissage reçoit tôt de l’aide, parfois dans le cadre d’un tutorat individuel avec son enseignant ou un assistant pédagogique. Toute école dispose d’un ou de plusieurs enseignants formés à l’enseignement des enfants ayant des besoins particuliers.
  5. Les enseignants ont beaucoup de latitude
    Plutôt que d’évaluer et mesurer les compétences de enseignants en se fondant sur les résultats des élèves, on leur consent une grande autonomie. Ils respectent le programme mais on les encourage à adopter des méthodes pédagogiques qui correspondent à leur personnalité.

Ajoutons deux arguments supplémentaires rapportés par L’Express

6) Bouger, jouerEn Finlande, les élèves détiennent le record du minimum d’heures de cours de tous les pays de l’OCDE. Et pourtant, ils sont parmi les plus performants. L’enseignement mise beaucoup sur les temps de jeu. Les professeurs enseignent durant 45 minutes et ensuite les élèves ont 15 minutes de récréation. Les élèves de primaire ont donc droit à 75 minutes de jeu par jour. Cela permet aux enfants de développer leurs habilités motrices et leur savoir-faire physique. Ce qui leur permet d’être en bonne santé mais également de mieux réussir leurs études. Professeurs et parents ont donc décider de laisser une large place au jeu et de diminuer la pression.

7) Pas de devoirs et aucune évaluation dans les 6 premières années d’école.

Source : “Sisu, l’art finlandais du courage”, Joanna Nylund

Tags:
2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂