13 propositions pour remplacer chantage, récompense et punitions

Si vous en avez assez de pratiquer du chantage, des punitions, des menaces et des récompenses, voici 13 idées à tester :

  • Remplacer « si » par dès que
    Pour être plus complet, la phrase qui fonctionne bien est celle-ci :
    « Dès que ceci sera fait, tu joueras au ballon … »
    Cette manière de s’exprimer permet à chacun de comprendre qu’il y a un enchainement logique aux actions (et ce n’est pas du chantage). 🙂
  • L’amour, l’attention et l’écoute empathique : « je t’aime parce que tu es toi », « je te regarde » « je t’écoute » « je vois que tu es blessé/triste/… » C’est une base pour rétablir des rapports dépollués de condition et autres rapports de forces. L’enfant se sentira considéré, en sécurité émotionnelle et affective et apprendra à verbaliser sans violence ses besoins/émotions. Moins de stress, plus d’écoute, plus d’harmonie.
  • L’expression de nos sentiments agréables quand l’enfant adopte un comportement voulu et la description de ce que nous voyons (sans jugement): « j’aime te regarder faire ceci… » Ainsi, l’enfant à une preuve d’attention, un support de visualisation/mémorisation (la description de ses actes)  et est encouragé à recommencer.
  • La proposition de choix : « tu préfères te laver les dents maintenant ou après avoir mis ton pyjama ? » En proposant des choix, l’enfant sent qu’il a du pouvoir, s’habitue à prendre des décision et il s’engagera d’autant mieux dans les actions (motivation intrinsèque).
  • Décrire et interroger sur les conséquences logiques sans juger, donner des informations pour laisser l’enfant trouver une solution et permettre la réparation : « en tapant ainsi ta soeur, elle pleurera et ne voudra surement pas jouer avec toi à l’avenir. » « Tu as choisi de mettre les sandales au lieu des bottes. Il pleut. Comment seront tes pieds une fois qu’on sera à l’extérieur ? est-ce agréable ? » « je te fais confiance pour réparer. »
  • « Stop », « go » et règles : le mot « stop » permet de stopper un comportement. Et de rediriger vers un comportement autorisé (« go »). Les comportements autorisés font partie des « règles », à établir, expliquer, afficher… et à « adapter » en cas d’incohérence ou de meilleure proposition.
  • Formulation positive : au lieu de dire ce qu’il ne faut pas faire, dites ce que vous attendez. « Je t’ai dit de ne pas jouer avec la télécommande ! » sera remplacé par « tu peux jouer avec ton train électrique ». (et pour éviter les tentations, rangez la télécommande).
  • Jeu et imagination : les enfants ont une imagination débordante, profitons-en ! Nommez-le « shérif du rangement » ou demandez-lui s’il se sentirait capable d’avaler une glace aussi grande qu’une fusée et même plus (l’imagination satisfait l’envie)!
  • Rituel de gratitude+tableau des routines
    Chaque jour, évoquez ce que vous avez apprécié en décrivant notamment les comportements de votre enfant. Ecrivez-le et/ou prenez-le en photo en action pour ensuite confectionner un tableau des routines.
  • L’exemplarité :
    Les meilleures enseignements sont donnés par l’exemple ! Reprenez chaque point ci-dessus et voyez comment vous agissez vous-même avec des adultes par exemple. Les enfants observent et imitent. L’exemplarité est une technique très efficace (mais demande une certaine prise de recul empreinte de pleine conscience) !
  • Faciliter l’expression émotionnelle : l’aide à la verbalisation et l’empathie vous aideront. « je vois que tu es triste… » « Que ressens-tu ? » En effet, le cerveau des enfants est immature. Il ne peut pas gérer les émotions et les apaiser seul pour ensuite reprendre le contrôle de son cortex préfrontal (siège de la logique et de la réflexion). Ainsi, celles-ci sont susceptibles de « déborder » maintenant ou plus tard. Plus tard car il est possible que l’enfant enfouisse une émotion qui va gagner en puissance et s’exprimer plus violemment bien après l’évènement déclencheur…(plus d’outils ici)
  • Aider l’enfant à satisfaire ses besoins fondamentaux
    En effet, les besoins fondamentaux insatisfaits déclenchent une émotion à l’origine d’un comportant visant à satisfaire ce besoin. Le problème est que l’enfant ne sait souvent pas comment faire pour remplir ce besoin. Il peut donc se comporter de façon inappropriée : casser des jouer, crier, partir en courant, déclencher un conflit,… (liste des besoins).
  • Renforcement positif : remarquer sans juger un comportement positif renforce son adoption par l’enfant. « Je vois que tu as mis tes chaussures tout seul ».

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.