Mes bulles de connaissances : un exercice pour développer l’intelligence sociale et la confiance en soi des enfants

Je vous propose de tester avec votre enfant un exercice qui lui permettra de développer sa confiance en lui et son intelligence sociale.

Il est essentiel que nous nous sentions intégrés parmi nos pairs et que nous puissions avoir conscience de notre capacité à réduire ou augmenter notre réseau relationnel.

Ces termes complexes symbolisent simplement la confiance pour aller vers les autres et à créer des liens basés sur le respect, l’écoute et l’enrichissement mutuel.

Lorsque nous manquons de confiance en nous, nous n’osons pas nous rapprocher des autres par peur d’être jugé ou refoulé. Or le cerveau a besoin de liens sociaux pour bien fonctionner. De plus, le manque de confiance nous empêche de demander de l’aide; d’échanger et de nous cultiver au contact des autres, ce qui nous prive de précieuses ressources et nous freine pour contribuer à la communauté et nous sentir utiles.

Afin de “travailler” sur ce pan important de notre vie, je vous propose donc de réaliser une activité à la fois ludique et optimiste : les bulles de connaissances.

Elle consiste à dessiner sur une feuilles des bulles dans lesquels seront écrits les noms (ou apparaîtront les portraits dessinés ou photos) des personnes que l’enfant connait déjà avec un code couleur : bleu (je connais un peu), vert (je connais beaucoup), gris (j’aimerais connaitre), rouge (je ne veux plus être en contact). Les deux premiers types de bulles seront reliés à la bulle centrale de votre enfant par un trait noir (au crayon).

Les bulles grises seront sujettes à discussion. “Comment me faire connaitre de ces personnes ?” “Ne connaitraient-elles pas des bulles que je connais aussi pour qu’elles me présentent ?”

Cet exercice permet aussi de casser (ou effacer) des liens avec certaines personnes qui nous manipulent ou nous font du mal (cercle et lien en rouge). Le message est donc qu’une relation  toxique peut être brisée et qu’on peur dire “non” et “stop” (et réciproquement si une personne ne souhaite plus être en contact avec nous).

Autre aspect : les réconciliations. Lorsqu’une relation a été entamée ou fragilisée (par une dispute par exemple), nous pouvons inviter l’enfant à tracer le lien en pointillés, ce qui signifie qu’il souhaite le réparer. Cette intention donnera lieu à l’évocation de solution : “Comment faire la paix avec cette personne ?” “Que s’est-il passé ?”

Autre piste : placer des points d’interrogation dans le cercle de personnes dont l’enfant ne connaît pas encore le prénom. C’est l’objectif initial !

Idée supplémentaire : créer des cercles en fonctions des lieux où évoluent les personnes (à l’école, au sport,…).

 

Enfin, sur une autre feuille,  proposons à l’enfant de faire apparaitre des cercles avec des relations familiales et un petit coeur au centre pour signifier le lien d’attachement : papa, maman, frère, soeur,…  C’est excellent pour l’estime de soi que de se sentir aimé.

En cas de dispute avec un frère ou une soeur, des discussions peuvent commencer pour identifier l’origine des discordes et faire la paix.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂