5 conseils pour éviter les disputes pendant les repas des enfants

Vous appréhendez les repas avec les enfants car vous “bataillez” et êtes obligé d’utiliser le chantage ou les récompenses ? Vous vous rendez compte que cette situation se reproduit sans issue visible ni évolution ?

Je vous propose de lire les sages conseils de Joanna Faber et Julie King dans “Parler pour que les tout-petits écoutent”.

 

Afin de ne pas brouiller le sens naturel de la satiété (sensation de faim) et de transformer les repas en contraintes et lieu de conflits, évitez :

  • d’insister pour que l’enfant finisse son assiette absolument (perte des repères de satiété).
  • d’offrir et de promettre un dessert en récompense ou de punir pour ne pas avoir mangé (manipulation et violence ordinaire qui installe un rapport de force et diminue l’estime de soi des enfants)
  • de faire uniquement des repas réclamés par l’enfant (l’adulte est le garant de la règle et doit continuer à proposer des aliments diversifiés et sains car le cerveau est accro au gras et au sucre)
  • d’étiqueter l’enfant de “difficile” ou “capricieux” (étiquettes qui cristallisent un état)
  • de crier et d’exprimer des colères (sinon les repas seront associés à des émotions désagréables).

Voici 5 conseils pour faciliter les repas :

  1. Accueillir les émotions
    “Même si tu aimes habituellement le poulet, je comprends que tu n’en ais pas envie aujourd’hui”
  2. Proposer des choix
    – posez une assiette vide devant l’enfant et proposez-lui de servir la quantité qu’il souhaite (ou servez-le s’il ne peut pas se servir seul)
    – servez les aliments séparément pour laisser l’enfant faire des choix
  3. Cacher les tentations
    Gardez hors de vue des enfants les boissons sucrés et la confiserie.
  4. Rendre l’enfant responsable 
    Si l’enfant participe à l’achat des aliments, à la confection des plats et à la préparation de la table, il sera encore plus engagé et tenté de goûter ce qu’il a contribué à cuisiner.
  5. Donner de l’information
    Expliquez à l’enfant que les goûts changent et qu’il est possible qu’il aime plus tard un aliment qu’il n’aime pas pour l’instant. Laissez la porte ouverte en lui disant “Tu pourras goutter quand tu seras prêt”.

 

Enfin, petit conseil personnel : utiliser l’humour ! Imitez Ratatouille ou faites parler les petits pois. Les enfants adorent !

Source :  “Parler pour que les tout-petits écoutent” de Joanna Faber et Julie King

 

Tags:
5 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂