Une phrase magique pour calmer la colère d’un enfant


Quand vous, adultes, êtes en colère, il arrive que vous parveniez à vous calmer seul car votre cerveau réussit à réguler votre émotion.
C’est plus particulièrement le cortex préfrontal à l’intérieur du cerveau qui joue ce rôle de régulateur : « Ok, je suis en colère. Je respire. Je me calme et je réfléchis. »
Pour les enfants, c’est un problème moins évident car leur cortex préfrontal est très immature dans les premières années de vie (maturité dudit cortex intervient…à 25 ans).
Ceci signifie qu’il ne peut pas réguler le cerveau émotionnel qui est parfaitement opérationnel, lui, depuis la naissance (d’où les pleurs, les cris, la joie intense,…)
Pour les aider à s’apaiser, nous, adultes sommes donc indispensables. C’est comme si nous étions leur cortex préfrontal externe.
Nous pouvons notamment faciliter l’identification et la verbalisation des émotions de l’enfant, lui offrir une présence et une écoute bienveillante et utiliser une phrase qui simplifie tout ce processus d’accompagnement.
Cette phrase est « Tu as raison d’être en colère ».
En l’entendant, l’enfant sera rassuré quant à son droit à la colère et sécurisé par le soutien inconditionnel de son entourage pour surmonter cette émotion. Ce qui signifie en aucun cas que le droit d’agresser ou de crier soit accordé !

Dans son livre « 50 phrases pour aider son enfant à surmonter ses colères », Nina Bataille nous explique comment intégrer cette phrase dans les étapes d’accompagnement de l’enfant en colère. Notez que c’est aussi efficace pour aider un adulte à traverser la colère :

1) Restez calme, soyez neutre, ne le jugez pas, ne minimisez pas son émotion
2) Reconnaissez son état et décrivez quelques signes physiques : « Je vois que tu es en colère » « Tu as le visage rouge et tu sembles crispé. Je sens que tu es énervé. »
3) Écoutez ce qu’il a vous dire sans l’interrompre.
4) Laissez des temps de silence pour que votre enfant se calme en posant des mots sur ses ressentis. Reformulez ce qu’il dit : « Tu veux dire que … »
5) Reconnaissez qu’il a ses raisons pour se mettre en colère. Ce sont ses raisons et il est encore plus frustrant que de s’entendre dire que sa colère n’est pas légitime car alors, impossible de l’accueillir pleinement pour en sortir ensuite.  « Tu as raison d’être en colère. La situation est difficile à vivre. »
6) Changez de perspective et guidez-le vers une solution : « Que pourrais-tu faire pour que la situation ne se reproduise plus ? » « Selon toi, qu’est-ce qu’a ressenti ton copain ? » « Qu’est-ce que tu conseillerais de dire ou de faire à quelqu’un qui ressentirait cette colère ? » . Vous pouvez noter les proposions de l’enfant ou les transformer en jeu de rôle pour imaginer ce qu’il se passerait. Cette étape est primordiale car elle permet aussi de reconnaitre « à froid » les besoins insatisfaits à l’origine des colères.

 

Source : « 50 phrases pour aider son enfant à surmonter ses colères » de Nina Bataille

 

Pour en savoir sur la colère des enfants, regardez la vidéo présente dans l’article ci-dessous :

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂