Une métaphore pour comprendre qu’il ne sert à rien de crier…

Il était une fois dans une lointaine contrée deux châteaux séparés par une rivière peu profonde (mais ça, personne ne le savait). Malgré la faible distance qui les séparait, les habitants de ces deux châteaux ne se parlaient pratiquement jamais pour la simple est bonne raison qu’ils craignaient les dégâts qu’un simple mot pouvait causer sur les murs et les maisons de leur enceinte.

En effet, l’idée très peu fameuse qu’ils avaient eu pour dialoguer était de s’envoyer un boulet de canon sur lequel était accrochée une note manuscrite…

Un « Bonjour » se transformait donc en une dramatique et coûteuse expérience…

Un jour, un chevalier du pays avoisinant s’arrêta dans un des châteaux pour reprendre des forces et dialogua avec son roi.

Celui-ci apprit que dans les autres parties du monde, les communications s’opéraient différemment : soit un coursier humain transportait les messages d’un lieu à l’autre, soit il s’agissait de gentils pigeons dressés pour l’occasion qui jouaient les messagers.

Le roi prit donc des dispositions. Il commença par construire un pont afin que des « postiers » circulent librement d’un château à l’autre et recruta des pigeons zélés pour soulager les premiers.

Depuis ce jour, plus aucune destruction ne fut à déplorer et les paroles s’échangèrent avec légèreté et bienveillance.

Si bien, qu’après un moment, les deux châteaux décidèrent de fusionner pour devenir un magnifique palais dans lequel chaque habitant s’épanouissait et apprenait de son voisin.

 

Cette histoire est une métaphore de notre communication.

Lorsque nous crions, insultons, reprochons,… nous tirons des boulets destructeurs. La personne en face n’a qu’une réaction possible : se protéger.

Dès que nous établissons des ponts en nous connectant à autrui avec bienveillance, la collaboration et l’apprentissage sont possibles.

Se connecter à autrui, dans le cadre de la parentalité, signifie se calmer soi-même, se baisser au niveau de l’enfant, écouter ce qu’il ressent, l’apaiser, lui montrer l’exemple et utiliser des techniques pour qu’il comprenne ce que nous attendons de lui et favoriser ainsi son développement.

 

Pour vous aider, je vous invite à lire cet article :

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂