Une astuce géniale pour ne plus crier sur nos enfants

Nous crions souvent non par goût mais sous l’effet du stress et de la colère.

Mais Crier est épuisant…

Et ,surtout, crier n’a aucune vertu éducative pour un enfant car son cerveau se « ferme »  à cause de la peur, de la surprise et du stress. Dans ces conditions, impossible pour lui de se rappeler ce que nous attendons de lui et encore moins d’apprendre…

Afin d’éviter de crier, je vous invite à utiliser une astuce mentale simple.

Elle consiste, avant d’exploser en vocifération, à se remémorer un souvenir positif avec notre enfant. En portant brièvement notre attention sur cet évènement heureux, notre cerveau est alors inondé de dopamine et d’ocytocine, des hormones qui régulent l’amygdale et tempère l’hippocampe. Ceci nous permet de sortir de l’état d’attaque/défense et nous reprenons ainsi le contrôle de notre capacité d’empathie et de nos actes (grâce au cortex préfrontal).

Ce calme est propice à la réflexion et à la connexion : « Pourquoi mon enfant réagit-il ainsi ? » « Est-il fatigué ? »

« Que s’est-il passé ? » « Que ressent-il ? » « A-t-il compris la consigne ? m’en suis-je assuré ? »

« Comment puis-je l’aider ? »

Cette logique de restaurer le calme en nous est évidement valable avec nos enfants. S’il ne nous « écoute » pas, c’est peut-être parce qu’ils n’ont pas encore été assez écoutés, compris et rassurés.

Une attitude bienveillante favorise la communication sereine et la verbalisation des émotions car les cerveau se place en mode « empathie ».

De plus, des rapports bienveillants lors des « crises » créent un climat de confiance et ainsi, chaque crise suivante devient de moins en moins rude pour tous tandis que chacun ose exprimer ce qu’il ressent sans agresser l’autre.

Pour faciliter l’adoption de cette astuce du souvenir positif, pourquoi ne pas garder à portée de regard (accrochée stratégiquement sur un mur) et de main (dans une poche) une photo d’un de ces instants de joie partagée ? Le déclencheur du calme est ainsi plus concret et nous ramène à l’instant présent puisque nous sollicitons alors nos sens (toucher, vue,…) avant de replonger dans le souvenir agréable.

« Ok. Je respire. Je me concentre sur cette photo de notre dernière sortie en forêt. C’était génial. Nous étions émerveillés par toutes nos découvertes. J’adore ces moments. J’adore être avec mon enfant ! »

 

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂