Un conte pour s’endormir : Estelle, la fée des étoiles

L'art d'apaiser son enfant Lise BartoliJe vous invite à découvrir un second conte extrait du livre « L’art d’apaiser son enfant » de Lise Bartoli avec ce conte pour s’endormir.

 

ESTELLE, LA FÉE DES ÉTOILES

C’est l’histoire d’une petite fille qui s’appelait Frileuse. Enfin, c’est comme cela qu’on l’appelait tout le temps parce qu’elle avait peur de beaucoup de choses et qu’elle n’osait pas s’aventurer, surtout la nuit. Elle disait que quand il fait noir, tout se transforme  : elle voyait des ombres étranges. Et elle avait toujours l’impression qu’il allait se passer quelque chose de dangereux, elle ne savait pas pourquoi, c’était comme ça. Ses parents lui avaient dit que cela arrivait à plein d’autres enfants. Frileuse se disait qu’au moins elle n’était pas toute seule. Un jour, elle eut une idée  : et si tous les frileux se rassemblaient, ils auraient moins peur  ? Mais sa maman lui expliqua que ce n’était pas possible. De toute façon, elle n’avait pas envie d’avoir plein de gens dans sa chambre. À   chaque fois qu’on l’appelait par ce petit surnom, Frileuse avait de la peine, cela lui rappelait ses peurs. Ce n’était pas sa faute si elle voyait des choses bizarres la nuit  ! Elle avait beau se dire que c’était son imagination, elle n’arrivait pas à aimer la nuit. Un soir où Frileuse se cachait sous ses couvertures, tremblante comme chaque soir, elle vit apparaître une lumière si forte qu’au début elle ne put que fermer les yeux. Quand elle les ouvrit à nouveau, elle découvrit près de son lit une drôle de fée. Sa robe était bleu foncé avec plein d’étoiles. Et son chapeau tout pointu était surmonté d’une superbe étoile brillante. Frileuse en était sûre  : c’était la fée des étoiles. Comme elle était gracieuse et lumineuse  ! Frileuse lui demanda son nom. L’apparition nocturne lui répondit qu’elle s’appelait Estelle. Et, alors que Frileuse était sous le charme, oubliant totalement que c’était la nuit, Estelle fronça les sourcils et lui dit, boudeuse  : «  Je n’apparais jamais auprès des enfants, tu sais, mais là j’en ai assez de tous ces enfants qui ont peur la nuit  ! On nous oublie, nous, les étoiles qui brillons dans le ciel toute la nuit  ! Nous sommes des milliers à vous éclairer avec notre complice Lune. Et toi et les autres enfants, vous ne pensez jamais à nous. C’est désespérant  ! La fée demanda  : «  Avez-vous envie d’y voir clair  ?  » «  Oui, bien sûr, répondit Frileuse. Mais tu dois nous excuser, on ne savait pas que vous étiez là, et que vous nous apportiez de la lumière  ! Il faut dire que quand les volets sont fermés, on ne te voit pas, chère Estelle. Ni toi ni tes amies célestes  !  » «  C’est pour cela que je me suis déplacée de si loin ma chérie. Je vais t’apprendre un secret qui va te permettre de nous voir toutes les nuits pour que nous puissions te protéger.  » Frileuse était très attentive. Elle attendait ce fameux secret avec recueillement. «  Ferme les yeux ma petite et souviens-toi de ma lumière. Ma lumière t’enveloppe, tu deviens toute brillante à ton tour. Puis, tout bas, elle chuchota  : «  Les étoiles veillent sur toi, dors bien, et tu te réveilleras demain matin en pleine forme.  » Et Frileuse s’endormit tout apaisée, comme si une baguette magique avait fait son effet. Le lendemain matin, elle était dans une forme éblouissante, ravie d’avoir si bien dormi. Elle se rappela Estelle en se disant qu’elle avait dû rêver. Les fées étoiles n’existent pas  ! Mais là elle aperçut un morceau de tissu accroché à son lit. Un tissu de soie couvert d’étoiles. Elle n’a jamais su si Estelle avait laissé ce tissu comme un clin d’œil pour elle, ou bien si c’était un hasard. En tout cas, ce   qui est sûr, c’est que personne ne l’appelle plus Frileuse maintenant. Car toutes les nuits, quand elle ferme les yeux, elle voit, derrière ses yeux clos, une   belle lumière qui illumine toute sa chambre. Et elle rêve à Estelle et aux étoiles qui veillent sur elle toute la nuit.

 

L’art d’apaiser ses enfants est disponible sur amazon

EnregistrerEnregistrer

Un commentaire.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂