Un conte à partager en famille à propos de la colère

Je partage avec vous un conte inspirant à propos de la colère. Il inspirera les parents autant que les enfants. 🙂

 

Crise de colère

Il était une fois un homme qui souffrait de récurrents accès de colère, une colère si forte qu’il ne réussissait pas à la contrôler. Il en était fort préoccupé. Il vient à savoir qu’un sage vivait au sommet d’une colline, lequel allait pouvoir lui donner un conseil. Aussi décida-t-il d’aller lui rendre visite. Quand il se trouva en sa présence, il lui exposa son problème.

La sage dit :

« Mon ami, il m’est impossible de te conseiller quoi que ce soit avant d’avoir vu ta colère. Quand tu auras un accès de colère, viens me la montrer. »

Quelques jours après, l’homme fut pris d’une grande colère et il se rendit chez le sage. Mais quand il arriva chez lui, elle était déjà passée.

« Mon ami, comme ça, je ne peux pas te conseiller, j’ai besoin de te voir irrité. La prochaine fois, viens plus vite. »

Quelques jours passèrent et quand l’homme fut de nouveau en proie à la colère, il se dirigea en courant là où se trouvait le sage, mais cette fois encore, une fois arrivé, sa rage s’était éteinte.

« Zut alors, s’exclama la sage, la prochaine fois tu devras venir encore plus rapidement. « 

Quelques jours plus tard, dès qu’il fut en colère, l’homme sorti en vitesse, courut à perdre haleine et atteignait le sommet de la colline, haletant et épuisé. Cependant, il ne ressentait plus la moindre colère.

La sage lui dit :

« Tu vois ? La colère ne t’appartient pas. Elle arrive et s’en va, comme la vague qui avance et se retire. Voilà ce que tu dois faire : ne te laisse pas emporter pas ce flot et reste calme, ne te laisse pas influencer par la grosse vague de la colère. »

[Source : « 50 récits pour méditer » de Ramiro A. Calle (édition Macro)]

Les leçons de ce conte

Cette histoire offre quelques intéressants sujets de discussion autour des émotions et plus particulièrement de la façon de réguler la colère.

 

  • Verbaliser son ressenti : « Je ressens de la colère » ainsi que son intensité : faible, moyen, fort
  • Trouver une oreille attentive et une présence bienveillante (pas forcément un sage au sommet d’une montagne !)
  • Bouger pour libérer les tensions

Nous pouvons ajouter deux dernières étapes : la recherche des besoins et l’engagement dans une action pour le satisfaire.

Si ce travail sur le besoin n’est pas effectué, la colère se réveillera encore et encore car c’est avant tout un message qui cesse lorsqu’il est entendu et compris.

Voici quelques besoins à explorer :

 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂