Outil : tableau hebdomadaire des émotions

Je vous invite à tester aujourd’hui un tableau hebdomadaire des émotions.

Il s’alimente chaque jour en collant des étiquettes « émotions » sur un tableau.

Il va permettre aux enfants de se familiariser avec les émotions et de poser des mots sur ce qu’ils ressentent. J’encourage les parents à pratiquer également afin de créer une dynamique autour des émotions au sein de la famille.  Cette approche est aussi une façon d’éviter les conséquences de la répression émotionnelle et, à l’inverse, de prolonger les effets des émotions agréables propices à l’épanouissement et à l’optimisme.

Préparation et mode d’emploi :

  • imprimez les deux feuilles en bas de l’article (la deuxième pourra être imprimée plusieurs fois car elle contient les étiquettes émotions)
  • invitez votre enfant à colorier les émotions et à les découper
  • complétez les émotions si nécessaire (les étiquettes vierges sont prévues à cet effet)
  • affichez le tableau quelque part (sur le frigo ou dans la chambre de votre enfant par exemple)
  • en fin de journée, listez les émotions une à une et discutez des expériences de votre enfant. Après quelque temps,  laissez-le piocher les étiquettes émotions à sa convenance. Demandez-lui s’il est d’accord pour raconter. Sinon, n’insistez pas. L’étape de conscience de l’émotion est la plus importante, la narration se mettra en place progressivement.
  • collez les émotions en dessous du jour concerné et à la hauteur qui correspond à son intensité (voir l’échelle avec des nuances de violet sur la gauche du tableau) : « Tu as ressenti une grande joie ? on colle l’étiquette tout en haut du tableau. »
  • je vous conseille de terminer cet exercice avec les émotions agréables (gratitude, joie, etc.) afin de laisser un affect final positif. De plus, revivre des évènements positifs en fin de journée facilite le sommeil. 🙂

Les avantages du tableau émotionnel

  • parler des émotions, de leur utilité, leur intensité ainsi que des besoins qui s’y cachent.
  • poser des mots sur les émotions afin de les libérer si elles sont désagréables
  • s’arrêter sur les expériences et les émotions agréables pour les faire durer
  • encourager la narration

 

Ne vous privez pas de remplir votre propre tableau afin de montrer l’exemple. 🙂

 

A télécharger ici au format PDF.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous-aussi, vivez une parentalité positive ! Rejoignez le mouvement ! 🙂